Le gouvernement libéral doit confirmer la subvention au projet Le Diamant
lundi 8 décembre, 2014
Facebook
Twitter

Québec – La députée de Joliette et porte-parole de l’opposition officielle en matière de culture et de communications, Véronique Hivon, et la députée de Taschereau et leader parlementaire, Agnès Maltais, déplorent la possible annulation de la subvention au projet de théâtre Le Diamant, de Robert Lepage, qui serait un nouveau bris de promesse électorale du premier ministre Philippe Couillard.

« Si l’annulation de la subvention s’avère, ce sera un autre exemple du manque de considération flagrant de ce gouvernement pour la culture. L’austérité libérale s’est traduite par une baisse importante des crédits d’impôt pour la production culturelle et des coupes records dans les musées d’État, sans compter qu’on a envisagé de fermer les conservatoires, scénario sur lequel le gouvernement a finalement reculé face à nos pressions et à la mobilisation dans les régions touchées », a déclaré Véronique Hivon.

« La ministre de la Culture, Hélène David, a abandonné la culture québécoise. Elle doit rappeler son gouvernement à l'ordre et se battre pour préserver les ressources dédiées à notre culture; ce secteur, qui représente plus de 4 % du PIB du Québec, a une réelle importance économique. Investir en culture, c’est aussi et surtout un réel investissement en nous, en notre talent et en notre créativité. Ce gouvernement doit cesser de s'y attaquer », a-t-elle ajouté.

La députée de Taschereau rappelle de son côté que le premier ministre avait promis, en campagne électorale, d’aller de l’avant avec le financement du projet Le Diamant, annoncé par Christine St-Pierre en 2012. Questionné à ce sujet en juin dernier, le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sam Hamad, avait également confirmé que l’argent serait au rendez-vous. « Le Diamant est un projet de développement culturel majeur pour la Capitale-Nationale; il contribuera au rayonnement de notre ville, ici et à l’étranger. Le gouvernement doit reculer et confirmer le financement de ce projet. L’incertitude est inacceptable, et elle doit cesser immédiatement », a conclu Agnès Maltais.