Le gouvernement libéral confirme son abandon de la jeunesse
vendredi 7 novembre, 2014
Facebook
Twitter

Québec, le 7 novembre 2014 – En présence de dizaines de jeunes et d’intervenants concernés par le sort des carrefours jeunesse-emploi (CJE), le député de Saint-Jean et porte-parole de l’opposition officielle en matière d'emploi, de formation professionnelle, d'alphabétisation et de jeunesse, Dave Turcotte, a interpellé, aujourd’hui à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, au sujet du changement de mission des CJE.

« Avant de prendre une décision définitive dans ce dossier, le ministre aurait avantage à aller voir de près ce qui se passe dans les CJE, estime Dave Turcotte. D’autant plus que le CJE Charlesbourg-Chauveau se trouve dans le même édifice que son bureau de circonscription! »

Le député insiste sur le fait que ce ne sont pas les structures qui sont attaquées par le gouvernement libéral; ce sont les jeunes que les CJE soutiennent tous les jours dans leur démarche d’accès à l’emploi. « Avec la perte de 82 000 emplois à temps plein depuis avril dernier, nous n’avons pas les moyens de nous priver de l’expertise et du soutien à l’emploi dans nos régions », a-t-il poursuivi.

Le député souligne également que les changements apportés auront un impact sur plusieurs jeunes qui utilisent les services offerts par les CJE. « Avec la réforme du ministre François Blais, les jeunes de moins de 18 ans n’auront plus accès aux CJE, ni ceux qui ne sont pas prestataires de l’aide sociale ou de l’assurance-emploi. À titre d’exemple, des jeunes occupant un emploi précaire et souhaitant réorienter leur carrière n’auraient pas accès aux services des CJE. Sur les 60 000 jeunes qui reçoivent actuellement du soutien des CJE, 40 000 n’y seront plus admissibles; c’est inconcevable! », a conclu Dave Turcotte.