Le gouvernement fédéral doit respecter les orientations du Québec en matière d’itinérance
jeudi 11 septembre, 2014
Facebook
Twitter

Québec – Dans le cadre de la marche organisée par le Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM), tenue ce matin, le député de Rosemont et porte-parole de l'opposition officielle en matière de services sociaux et pour la Métropole, Jean-François Lisée, demande au gouvernement fédéral de reconduire la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI) en respectant les orientations québécoises en cette matière.

« Tout comme le RAPSIM et le milieu communautaire, nous considérons que les intentions du gouvernement fédéral sont en totale discordance avec les orientations du Québec en matière de lutte contre l’itinérance. Concrètement, si le nouveau plan fédéral devait être mis en œuvre, des dizaines d’organismes communautaires pourraient se voir retirer leur financement. C’est inacceptable, on ne peut rester les bras croisés en attendant qu’Ottawa décide des mesures qu’on devrait privilégier pour contrer l’itinérance chez nous! Le refus d'Ottawa de respecter notre approche prouve qu’il y a un gouvernement de trop dans nos vies », a déclaré Jean-François Lisée.

Le député demande à la ministre Lucie Charlebois de défendre les intérêts du Québec face au gouvernement fédéral et de conclure une entente globale qui respecte nos orientations en matière de lutte contre l’itinérance, et ce, dans les plus brefs délais. Elle doit déposer rapidement le plan d’action découlant de la Politique nationale de lutte à l’itinérance du gouvernement du Parti Québécois. Jean-Francois Lisée demande également à la ministre de débloquer les 6 millions de dollars qui avaient été prévus à cet effet.

« Nous devons faire front commun pour défendre les intérêts du Québec dans ce dossier, et surtout les intérêts des personnes les plus vulnérables de notre société. En matière d’itinérance, il n’y a pas de recette unique. L’expertise développée au Québec nous démontre qu’une diversité d’approches, élaborées selon les besoins des personnes et du milieu, est la solution gagnante », a souligné le député du Parti Québécois.

Rappelons qu’une motion à ce sujet a été adoptée à l'unanimité le 30 avril 2013. Elle se lit comme suit :

« [Que l'Assemblée nationale] exige du gouvernement fédéral qu'il reconduise la Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance sous le modèle actuel, soit en respectant les orientations québécoises en matière de lutte à l'itinérance. »