Le gouvernement Charest cache des études sur le fédéralisme
mercredi 25 avril, 2012
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Marie-Victorin et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'affaires intergouvernementales canadiennes, Bernard Drainville, s'interroge sur les motifs du gouvernement libéral qui cache des études portant sur le fédéralisme.

Au cours des six dernières années, le gouvernement libéral de Jean Charest a commandé une dizaine d'études concernant le fédéralisme. Coût de la facture pour les contribuables québécois : 153 000 dollars. « Quand des études sont payées par les contribuables, la moindre des choses, c'est qu'elles soient rendues publiques. Pourquoi le gouvernement libéral tient-il à les garder secrètes? », se questionne Bernard Drainville.

En 2008, le gouvernement libéral a notamment commandé un Mémoire sur l'avenir du Québec au sein de la fédération canadienne. Ce mémoire a suscité un certain intérêt puisqu'il a fait l'objet d'une décision de la part de la Commission d'accès à l'information en janvier 2010. À la demande du ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes, ce mémoire est demeuré secret. « Que contient ce mémoire qui n'est pas montrable? La question est légitime », a indiqué Bernard Drainville.

Le député de Marie-Victorin remarque que la multiplication des études sur le fédéralisme, commandées par le gouvernement Charest, coïncide par ailleurs avec l'arrivée du gouvernement Harper en 2006. « Le gouvernement libéral a tout misé sur le Conseil de la fédération qui a coûté jusqu'à présent plus de 5 millions de dollars aux contribuables québécois. Comme si ce n'était pas suffisant, il a, en parallèle, dépensé d'autres milliers de dollars pour des études secrètes. C'est beaucoup d'argent pour un résultat aussi médiocre et pour voir un premier ministre plier si souvent et si facilement les genoux devant le gouvernement fédéral. Jean Charest semble oublier qu'il est le premier ministre du Québec, pas celui du Canada », a conclu Bernard Drainville.