Le CNJPQ salue l’adoption de la loi 13
mercredi 24 avril, 2013
Facebook
Twitter

Montréal – Le Comité national des jeunes du Parti Québécois (CNJPQ) salue l’adoption de la loi 13 concernant le vote hors circonscription dans les locaux des établissements d’enseignement postsecondaire. «Le gouvernement vient de poser un geste important pour la démocratie. Cette nouvelle loi favorisera le vote des jeunes électeurs» a affirmé M. Frédéric St-Jean, président du CNJPQ.

Consensus

Il s’agit d’une préoccupation de longue date du CNJPQ. Elle était également partagée par toutes les ailes jeunesse de partis politiques du Québec l’an dernier, à la veille des élections générales. Cette idée a trouvé écho aux oreilles de la première ministre Pauline Marois, qui en avait elle-même déposé la demande dans une lettre ouverte dans le Devoir le 30 novembre 2011. Même le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) s’était alors positionné en faveur du projet. «Nous sommes heureux de voir que le gouvernement du Parti Québécois, contrairement à son prédécesseur, prend en considération la voix des jeunes et agit en conséquence» a déclaré M. St-Jean. «Il s’agit d’un projet qui transcende les générations et encourage la plus grande participation électorale possible» a-t-il ajouté. Le CNJPQ est également satisfait de voir que tous les parlementaires ont emboîté le pas et ont unanimement voté en faveur de cette nouvelle loi. «Cela témoigne du travail irréprochable du ministre des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, Bernard Drainville, qui a su rallier tous ses collègues derrière la voix des jeunes».

Participation électorale

Seulement 62, 1% des électeurs de 18 à 24 ont fait valoir leur droit de vote en 2012, le CNJPQ est d’avis que nous devons tout mettre en œuvre pour favoriser l’augmentation de leur participation. «Avec l’adoption de la loi 13, c’est près de 450 000 jeunes qui auront accès directement à un bureau de votation dans leur institution scolaire, il s’agit d’un investissement majeur dans notre démocratie.» de conclure M. St-Jean.