Le bilan libéral : un échec lamentable en éthique et en économie
mardi 12 avril, 2016
Facebook
Twitter

Québec – Le chef de l’opposition officielle, Pierre Karl Péladeau, juge que les deux grands objectifs que le chef libéral Philippe Couillard s’était fixés lors de la campagne électorale de 2014, soit de rehausser l’éthique de son parti et de stimuler l’économie, ont résulté en un échec lamentable.

« En matière d’éthique, les dernières semaines ont été marquées par l’arrestation de son ancienne collègue Nathalie Normandeau, les accusations de corruption contre l’un des plus importants collecteurs du Parti libéral, Marc-Yvan Côté, et, enfin, la procrastination du premier ministre lorsqu’il a été question de son ami, le député de Louis-Hébert, Sam Hamad », a déclaré Pierre Karl Péladeau.

Du côté de l’économie, le gouvernement libéral n’a créé aucun emploi au cours des douze derniers mois. Vendredi, nous apprenions qu’encore 22 500 emplois à temps plein avaient été perdus lors du mois de mars. De plus, à la page C.26 de son propre budget, le gouvernement prévoit créer moins de 30 000 emplois en 2016 et moins de 30 000 emplois en 2017. Ces chiffres prouvent l’abandon de la promesse de créer 250 000 emplois.

« Le premier ministre a refusé de confirmer son choix de ne plus inscrire la promesse, l’objectif, le mythe libéral des 250 000 emplois dans le budget. Force est de constater qu’il admet avoir vendu un mirage aux électeurs lors de la dernière campagne électorale », a ajouté Pierre Karl Péladeau.

« Philippe Couillard avait promis de changer le Parti libéral. Il doit reconnaître le problème aujourd’hui : il n’a pas fait le bon changement. Il a laissé tomber l’économie et a conservé les problèmes éthiques plutôt que de faire l’inverse », a conclu le chef du Parti Québécois.