L’antenne de Sainte-Anne-de-Bellevue : la ligne rouge du REM
mardi 3 avril, 2018
Facebook
Twitter

Québec, le 3 avril 2018 – Le député de Sanguinet et porte-parole de l’opposition officielle pour les dossiers touchant le Réseau électrique métropolitain (REM), Alain Therrien, et la députée d’Hochelaga-Maisonneuve et porte-parole responsable de l’île de Montréal, Carole Poirier, dénoncent la non-pertinence de l’antenne de Sainte‑Anne-de-Bellevue du REM et demandent au gouvernement de la retirer afin de miser, à la place, sur de véritables solutions permettant d’améliorer la mobilité des gens de l’Ouest-de-l’Île.

 

 

EN BREF

  • L’antenne de Sainte-Anne-de-Bellevue du REM est un tronçon qui ne répond à aucun besoin de transport collectif dans l’Ouest-de-l’Île : c’est une commande politique libérale.
     
  • Retirer seulement l’antenne de Sainte-Anne-de-Bellevue permettrait de diminuer le coût au passager-km facturable à l’ARTM de 72 à 61 cents; c’est une baisse de 15 %.
     
  • Cette antenne compromettrait tous les projets de bonification de la ligne Vaudreuil-Hudson et pourrait même, à terme, la condamner. Elle déstructurerait également tout le réseau de transport collectif de l’Ouest-de-l’Île.
     
  • L’antenne de Sainte-Anne-de-Bellevue, au coût d’au moins 1,2 G$, est injustifiée si l’on tient compte de son effet sur la congestion routière : peu de retraits de voitures sur les routes de l’Ouest-de-l’Île et un achalandage quotidien insignifiant par rapport à la longueur du tronçon. La Caisse doit expliquer pourquoi elle s’est engagée à réaliser ce tronçon non rentable, alors qu’elle a, pour ses partenaires, des exigences commerciales et financières très strictes.
     
  • Le BAPE s’est prononcé en défaveur de cette antenne pour plusieurs motifs, notamment la demande insuffisante, l’absence de prise en compte des besoins en transport collectif de l’Ouest‑de-l’Île et l’éloignement des grandes densités de population.
     

Un gaspillage qui ne sert pas les intérêts des usagers du transport collectif
« L’antenne de Sainte-Anne-de-Bellevue ne sert pas les intérêts des usagers du transport collectif de l’Ouest‑de‑l’Île; tout ce qu’elle sert, ce sont les intérêts politiques des ministres Coiteux, Kelley et Leitão. Cette décision libérale fait gonfler de 15 % le coût facturé à l’ARTM! C’est injustifiable d’investir l’argent des Québécois dans ce tronçon. La Caisse a des exigences financières et commerciales très strictes pour ses partenaires – les sociétés de transport, par exemple. Pourquoi ne pas avoir les mêmes exigences pour elle-même? Pourquoi elle a accepté ce gaspillage de plus de un milliard de dollars? », a demandé Alain Therrien.

En effet, l’antenne vers Sainte-Anne-de-Bellevue fait grimper de 61 à 72 cents du passager-km le coût facturé à l’ARTM. De plus, ce tronçon représente 24 % du trajet du REM, mais seulement 12 % de l’achalandage projeté l’emprunterait. En comparaison avec les autres antennes du REM, celle-ci n’apporterait que 25 % des déplacements quotidiens sur le tronçon de la Rive-Sud, et 34 % de ceux sur le tronçon de Deux-Montagnes.

« Le BAPE s’est prononcé contre ce tronçon en raison notamment de la demande insuffisante et de l’absence de prise en compte des besoins en transport collectif de l’Ouest-de-l’Île. Par ailleurs, l’ampleur de la déstructuration de la ligne Vaudreuil-Hudson reste encore inconnue à ce jour, mais il est certain que l’effet du REM va être de l’affaiblir, voire de la condamner », a pour sa part insisté Carole Poirier.

En effet, selon les données déposées par CDPQ Infra aux audiences du BAPE, sur la cinquantaine de lignes d’autobus qui desservent l’Ouest-de-l’Île, CDPQ Infra propose d’en abolir 17, dont 8 express, et de créer 14 nouveaux services de rabattement dans l’Ouest-de-l’Île. Plusieurs autres parcours seraient modifiés ou créés pour amener les usagers vers les stations du REM.

Le Parti Québécois demande au gouvernement d’arrêter de dessiner des tracés politiques sur le dos des usagers du transport collectif de l’Ouest-de-l’Île. En lieu et place du REM, il propose le Grand Déblocage, qui comporte notamment des solutions efficaces et attractives pour l’Ouest :

  • une bonification de la fréquence des trains de la ligne Vaudreuil-Hudson (+ 4 trains);
  • l’ajout d’une antenne de 4 gares au Suroît (Pointe-des-Cascades, Les Cèdres, Wilson–Rivière-Rouge et Coteau);
  • la création des bus rapides de l’Ouest, un nouvel axe nord-sud de voies réservées d’autobus entre la ligne de Deux-Montagnes et celle de Vaudreuil-Hudson.

 

 Rive-SudDeux‑MontagnesAéroportSainte-Anne-de-Bellevue

Achalandage quotidien en 2031
(% de l’achalandage total du REM)

84 400 (49 %)62 100 (36 %)3800 (2 %)
 
21 400 (12 %)

Longueur de l’antenne
(% de la longueur totale du REM)

15 (22 %)31 (46 %)
 
5 (7 %)16 (24 %)