Lac-Mégantic/jour 7 : mise à jour des interventions du ministère
vendredi 12 juillet, 2013
Facebook
Twitter

Québec – Le ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs fait le point sur les efforts considérables déployés afin de limiter les conséquences environnementales et sociales des événements survenus le 6 juillet à Lac-Mégantic. « Nous travaillons présentement à mettre sur pied des équipes de suivi et des protocoles d'action plus permanents pour la suite des opérations. Les équipes sur place accomplissent un travail remarquable. Les risques demeurent importants mais nous arrivons à en circonscrire et à en contrôler la portée », a déclaré le ministre Yves-François Blanchet.

Lac Mégantic

Pour le moment, le niveau du lac est stable à 394 mètres et le débit du barrage est maintenant à 20 m³/s. On continue de procéder à une augmentation graduelle afin d'obtenir un débit de 25 m³/s, soit le débit observé le 6 juillet dernier. Selon ce scénario, et selon les prévisions de précipitations des prochains jours, il n'y a pas lieu de s'inquiéter quant à de possibles débordements. Rappelons que l'ouverture des vannes du barrage permettra de faciliter les opérations de nettoyage. En aucun cas le niveau du lac n'a posé de problème.

Rivière Chaudière

Selon des observateurs, une nappe d'huile d'environ 180 mètres carrés aurait franchi ce matin le barrage Innergex dans la rivière Chaudière à la hauteur de Charny. Cependant, la quantité d'hydrocarbures contenus dans une telle nappe est évaluée à environ un litre, ce qui n'est pas significatif. D'ailleurs, la visite sur place des responsables de l'échantillonnage n'a permis de déceler aucune trace visuelle ou d'odeur d'hydrocarbures dans la rivière à proximité du barrage.

Sans être alarmante, cette situation démontre l'importance pour le Ministère et les municipalités de demeurer vigilants, et de maintenir en vigueur les mesures temporaires mises en œuvre pour l'alimentation en eau.

Néanmoins, les derniers échantillonnages réalisés par les spécialistes montrent que la contamination n'a pas dépassé le barrage Sartigan. Par ailleurs, on débutera demain une évaluation de l'état des berges de la rivière Chaudière. Des experts font également des inspections sur les réseaux d'aqueduc et d'égout de Lac-Mégantic. Ces inspections se poursuivront demain. Les opérations de nettoyage et de pompage du pétrole suivent leur cours.

Eaux usées

On procède présentement au pompage de la station d'épuration des eaux usées afin de la vider et de la nettoyer. Cette opération devrait durer quelques jours. Dans l'intervalle, les eaux usées sont rejetées directement dans la rivière, mais avec un taux de dilution qui augmente proportionnellement au débit de la rivière. Après vérification du type de rejets et des charges de polluants en jeu, le rejet des eaux usées dans la rivière est acceptable pour le Ministère dans ces circonstances exceptionnelles.

« Le retour à la normale est une priorité humanitaire et écologique. L'autorisation accordée à la Ville de Lac-Mégantic de déverser ses eaux usées directement dans la rivière Chaudière est une nécessité temporaire qui aura un effet momentané sur un cours d'eau déjà mis à mal, mais cela est nécessaire, notamment pour les citoyens. Cette décision est par ailleurs largement compensée par le retour graduel à un débit de la rivière à 25 m³/s. Les résultats que nous avons obtenus jusqu'à maintenant dans nos opérations de sauvetage de la rivière et de nettoyage du lac sont encourageants et nous portent à croire que les actions mises en œuvre sont les bonnes », a souligné le ministre Blanchet.