La ministre responsable des Aînés doit agir pour améliorer leurs conditions de vie
mardi 27 janvier, 2015
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Rimouski et porte-parole de l’opposition officielle pour les aînés, Harold LeBel, a réagi aux nombreuses manchettes parues récemment dans les médias au sujet des conditions de vie de nos aînés.

« Nous souhaitons interpeller la ministre responsable des Aînés, Francine Charbonneau : que fait-elle depuis avril? Aujourd’hui, on apprend que par manque de surveillance dans les centres d’hébergement, une vingtaine de personnes âgées sont décédées après s’être étouffées avec de la nourriture. Il est inconcevable qu’il n’y ait pas de ressources suffisantes pour prendre soin de nos aînés et superviser les activités quotidiennes pour lesquelles une surveillance est nécessaire. Pourtant, lorsqu’ils étaient dans l’opposition, les libéraux avaient eux-mêmes réclamé un mandat d’initiative en commission parlementaire portant sur les conditions de vie des adultes résidant en centre d’hébergement et de soins de longue durée », a déclaré Harold LeBel.

« La ministre Francine Charbonneau doit réagir et nous dire comment elle entend améliorer les conditions de vie de nos aînés. Malheureusement, le gouvernement ne semble pas avoir de plan pour faire face au vieillissement de la population. Il a abandonné le projet d’assurance autonomie, mais n’a aucune autre proposition à faire », a poursuivi le député de Rimouski.

Des coupes libérales qui font mal « On apprend, en plus, que les ententes spécifiques d’adaptation régionale des conditions de vie des personnes aînées, auparavant gérées de concert par les CRÉ, les agences de santé, les tables de concertation des aînés et le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, seront dorénavant administrées par le ministère, à Québec. Encore une fois, on centralise. Comment fera le ministère pour déterminer les priorités d’une région à l’autre, sans la concertation et le travail de collaboration sur le terrain? », a ajouté Harold LeBel.

Enfin, le député dit partager les inquiétudes du Réseau FADOQ à propos du projet de loi 28 et de certaines de ses mesures. « En envisageant toucher à la rémunération des pharmaciens, le projet de loi omnibus du ministre des Finances compromet le service de préparation des piluliers. Or, sachant que les aînés souhaitent demeurer le plus longtemps possible à la maison, ce service s’avère, pour des raisons évidentes, d’une importance capitale », a-t-il conclu.