La ministre Élaine Zakaïb poursuit ses efforts pour assurer la relance de Groupe RCM inc.
mardi 28 mai, 2013
Facebook
Twitter

Québec – La ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique du Québec, Mme Élaine Zakaïb, poursuit ses efforts pour assurer la sauvegarde de Groupe RCM inc. de Yamachiche. Cette entreprise d'économie sociale, active dans le domaine de la récupération des matières recyclables, connaît actuellement des difficultés financières.

Groupe RCM est un organisme sans but lucratif qui a pour mission de créer des emplois pour des personnes ayant des limitations physiques ou intellectuelles. L'entreprise compte 210 employés, dont la grande majorité ne pourrait pas travailler dans un contexte conventionnel.

« Le Groupe RCM est une entreprise stratégique en économie sociale qui est fortement soutenue par la communauté », a précisé Élaine Zakaïb. « La relance de cette entreprise devient donc une priorité pour notre gouvernement. C'est pourquoi nous avons fait preuve d'une attitude proactive en devançant le versement d'une contribution financière de 750 000 $ afin d'éviter un licenciement collectif. Je vous rappelle aussi qu'un comité d'adaptation de la main-d'œuvre a été mis sur pied pour analyser toutes les options de relance. Un consultant spécialisé en redressement d'entreprises a été mandaté pour présider ce comité dont font partie des représentants du Centre local de développement de la MRC de Maskinongé, d'Emploi-Québec, du Mouvement Desjardins, de la Société d'aide au développement de la collectivité et du Conseil national de recherches Canada. Un rapport est attendu d'ici quelques semaines. »

Par ailleurs, dans le but de valider les possibilités de relance de Groupe RCM, des ingénieurs du Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) effectuent présentement une série de tests techniques afin d'améliorer le processus technologique relatif à un projet de transformation de sacs de plastique.

« Ce qui me motive encore davantage à persévérer dans ce dossier, c'est la mobilisation du milieu socio-économique », a ajouté Élaine Zakaïb. « Cette volonté de poursuivre la recherche de solutions nous permettra, j'en suis persuadée, de relancer cette entreprise et, surtout, de maintenir les emplois.  »