La gestion des matières organiques se concrétise au Québec - Dévoilement du Plan d'action 2013-2015 de la Table de concertation sur le recyclage des matières organiques
jeudi 24 octobre, 2013
Facebook
Twitter

Montréal – Le ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs, M. Yves-François Blanchet, a dévoilé aujourd'hui le Plan d'action 2013-2015 de la Table de concertation sur le recyclage des matières organiques afin de mettre en place le chantier de la gestion des matières organiques au Québec. Accompagné de M. Benoît de Villiers, président-directeur général de RECYC-QUÉBEC, M. Blanchet a présenté les douze actions majeures de ce plan qui vise à atteindre les objectifs fixés par la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles de détourner 60 % des matières organiques de l'élimination d'ici 2015 et à les bannir de l'élimination d'ici 2020.

« Avec le plan d'action que nous présentons aujourd'hui, nous avons véritablement en main tous les éléments pour faire du chantier de la gestion des matières organiques une réussite au Québec. Il s'agit d'un chantier d'importance pour la province, en plus de réduire de manière considérable la quantité de matières envoyées à l'enfouissement, nos efforts reliés à la gestion des matières organiques nous permettront d'améliorer le bilan de gaz à effets de serre de la province », a ajouté le ministre Blanchet.

Fait encourageant, les citoyens semblent prêts à emboîter le pas et à participer à ce grand chantier. Selon un sondage Léger Marketing effectué pour le compte de RECYC-QUÉBEC, 76 % des Québécois ont indiqué qu'ils participeront à la collecte des matières organiques lorsque celle-ci sera implantée dans leur localité ou y participent déjà. Plusieurs actions du plan d'action de la Table de concertation visent justement à améliorer l'acceptabilité sociale reliée à la récupération des matières organiques et à l'implantation d'une nouvelle collecte.

« Il est certain que des efforts d'information devront être déployés à tous les niveaux afin de bien outiller les municipalités qui n'ont pas encore emboîté le pas et aussi le milieu corporatif sur les options disponibles et les meilleures façons de procéder. La sensibilisation des citoyens sera sans contredit au cœur de l'approche. Leur participation à la récupération des matières organiques est un élément crucial pour l'atteinte de nos objectifs », a expliqué le président-directeur général de RECYC-QUÉBEC, M. Benoît de Villiers. « Nous espérons que d'ici les prochaines années, l'ensemble des Québécois auront adopté pour les matières organiques les mêmes bonnes habitudes qu'ils ont développées avec la collecte sélective des matières recyclables », a-t-il ajouté.

Afin que la collecte des matières organiques puisse s'implanter à plus large échelle, RECYC-QUÉBEC, en collaboration avec ses différents partenaires, travaillera dans les prochains mois à réaliser les études et développer les outils nécessaires pour faciliter notamment la mise en place de la collecte et le traitement des matières organiques par les municipalités et les industries, commerces et institutions. Au-delà de la collecte, des efforts de sensibilisation seront effectués auprès des utilisateurs de produits issus de la transformation des matières organiques. De plus, des études seront réalisées pour favoriser le développement de nouveaux débouchés.

Le plan d'action sur le recyclage des matières organiques se partage en quatre grandes orientations :

  • favoriser le recyclage des gisements de matières organiques les plus facilement et rapidement recyclables;
  • faciliter la prise de décision relative au système de récupération, aux installations de traitement et à la production de produits de qualité;
  • développer les débouchés pour le recyclage des biosolides, composts et digestats;
  • rendre l'information accessible aux différents publics cibles.

« Au total, ce sont plus d'une centaine d'acteurs de la gestion des matières organiques au Québec qui ont collaboré à l'élaboration de ce plan d'action au cours de la dernière année, il s'agit là d'un travail de concertation sans précédent », a souligné M. Blanchet. « Le défi est grand, mais nous sommes persuadés que le plan présenté aujourd'hui, élaboré avec les acteurs du milieu, nous permettra d'atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés et d'améliorer considérablement la quantité de matières organiques récupérées au Québec », a-t-il conclu.

Les faits saillants ainsi que le Plan d'action 2013-2015 de la Table de concertation sur le recyclage des matières organiques complet sont disponibles au : http://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/client/fr/programmes-services/Table_matieres_organiques.asp.

À propos des matières organiques au Québec

  • Les matières organiques représentent environ le quart de toutes les matières résiduelles générées au Québec par l'ensemble des secteurs d'activité.
  • Actuellement, 80 % de ces matières sont encore envoyées à l'élimination.
  • On estime que chaque Québécois génère l'équivalent de 184 kg de matières organiques par année.
  • Pour l'instant, RECYC-QUÉBEC estime qu'environ 10 % des ménages québécois ont accès à une collecte dédiée aux résidus verts et alimentaires (troisième voie), et plus de 70 % des ménages ont accès à un service de récupération des résidus verts (feuilles). À propos de RECYC-QUÉBEC

Soucieuse de faire du Québec un modèle de gestion novatrice et durable des matières résiduelles pour une société sans gaspillage, RECYC-QUÉBEC a pour mission de favoriser la réduction à la source, le réemploi, le recyclage et la valorisation des matières résiduelles. RECYC-QUÉBEC influence ainsi les modes de production et de consommation. Elle est l'organisme désigné pour coordonner les activités de mise en valeur prévues à la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles.

Les résultats à la question de sondage Léger Marketing ont été obtenus à l'aide d'un sondage web réalisé par Léger du 19 au 21 août 2013 auprès d'un échantillon représentatif de 1 000 Québécois(es), âgé(e)s de 18 ans ou plus et pouvant s'exprimer en français ou en anglais. À l'aide des données de Statistique Canada, les résultats ont été pondérés selon le sexe, l'âge, les régions, la langue parlée à la maison, la scolarité et la présence d'enfants dans le ménage afin de rendre l'échantillon représentatif de l'ensemble de la population à l'étude.