La CAQ propose aux parents de payer davantage pour une qualité et des services moindres
samedi 29 septembre, 2018
Facebook
Twitter

Le chef et la vice-cheffe du Parti Québécois, Jean-François Lisée et Véronique Hivon, ainsi que le candidat dans Rousseau, Nicolas Marceau, ont comparé le plan sérieux du Parti Québécois pour la petite enfance, qui privilégie les CPE, avec celui, improvisé, de la CAQ, qui envisage plutôt des maternelles 4 ans. Selon les calculs du Parti Québécois, non seulement la proposition de François Legault est irréaliste et peu crédible mais, en plus, elle coûterait plus cher aux parents et leur compliquerait la vie.

 

EN BREF

Les maternelles 4 ans de la CAQ sont une fausse bonne idée :

  • Elles coûteraient plus cher aux parents.
  • Elles nécessiteraient le recours aux camps d’été, d’ailleurs inaccessibles aux enfants de 4 ans, et aux services de garde scolaires.
  • Nos écoles n’ont pas la capacité d’accueillir tous ces enfants de 4 ans (82 000, selon la CAQ).
  • Cela a été prouvé maintes et maintes fois : la qualité, c’est en CPE qu’on la trouve!
     

« Une campagne électorale, c’est fait pour mettre en lumière les différences entre les propositions des partis, les avantages et les inconvénients de chacune. Or, un dossier illustre à merveille le profond déficit de crédibilité de François Legault : celui des maternelles 4 ans. Si on compare les deux systèmes – CPE, auxquels nous donnons la priorité, et maternelles 4 ans –, les CPE gagnent sur tous les fronts : des ratios moins élevés, des services 260 jours par année contre 180 en maternelle, des heures d’ouverture plus étendues, des coûts moins élevés… bref, les maternelles 4 ans, c’est une fausse bonne idée », a déclaré Jean-François Lisée.

 

« Plutôt que de reconnaître l’apport important des CPE et de s’engager à faire plus et mieux pour nos enfants, François Legault bricole une réponse inadéquate qui privilégie les garderies commerciales, "de bons modèles d’affaires", selon la CAQ. Or, si M. Legault refuse de comprendre que les meilleurs services se trouvent en CPE, pourrait-il au moins admettre que sa solution coûtera plus cher aux parents du Québec? », a enchaîné Véronique Hivon.

 

En effet, en tenant compte des dépenses attribuables aux dîners, aux semaines de camp nécessaires pour pallier le bris de service en été et au recours aux services de garde, compte tenu du fait que les enfants quittent l’école autour de 15 heures, les maternelles 4 ans représentent un déboursé estimé à 3469 $ par enfant, par année. « Autrement dit, un parent qui envoie son premier enfant en CPE plutôt qu’en maternelle 4 ans économisera environ 1375 $ par année. Et ces économies sont encore plus considérables s’il fait de même avec ses autres enfants, puisque notre plan prévoit que ce sera demi-tarif pour le 2e, et gratuit pour le 3e et les suivants », a rappelé la vice-cheffe.

 
De plus, pour accueillir tous ces enfants en maternelle 4 ans (82 000, selon les estimations de la CAQ), il faudrait 5000 classes de plus. « Ce n’est un secret pour personne : nos écoles débordent déjà. La CAQ estime qu’elle pourra combler les besoins en injectant 153 M$. C’est une farce! Ce montant ne permettrait de créer qu’un peu plus de 33 400 places. De toute façon, les parents se sont prononcés : pour 73 % d’entre eux, selon un sondage, la place d’un enfant de 4 ans, c’est dans un carré de sable, pas sur un banc d’école. Laissons les enfants être des enfants, et permettons-leur de profiter de l’excellence reconnue de nos CPE », a pour sa part réclamé Nicolas Marceau.

 

De loin, c’est le plan du Parti Québécois qui est le plus crédible et le plus ambitieux pour les familles et les enfants du Québec. « Nous compléterons le réseau des CPE d’ici 2022. Nous abolirons la taxe famille libérale et réduirons les tarifs pour les familles nombreuses ou à faible revenu. Notre objectif, c’est d’offrir à nos tout‑petits ce qu’il y a de mieux : un programme éducatif dont la qualité est démontrée et un milieu d’apprentissage stimulant. Et ça, c’est le modèle des CPE », a ajouté Véronique Hivon.

 

« Nous savons que les Québécois veulent du changement. Mais ils ne veulent pas n’importe quel changement. Ils souhaitent des propositions sérieuses, des solutions crédibles aux véritables problèmes qui les préoccupent. Et c’est exactement ce que leur propose le Parti Québécois », a conclu le chef.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?