Jugement de la Cour suprême sur le cours d'éthique et culture religieuse : le principe de déconfessionnalisation est maintenu : il faut maintenant procéder à sa réévaluation
samedi 18 février, 2012
Facebook
Twitter

Québec – « Bien qu'il soit rassurant que le principe de déconfessionnalisation des écoles soit maintenu dans ce jugement, il n'en demeure pas moins que le contenu du cours et la façon dont il est enseigné suscitent beaucoup d'interrogations. La ministre de l'Éducation, Line Beauchamp, a l'obligation de nous en faire le bilan et de procéder à des ajustements. »

C'est ce qu'a déclaré le député de Jonquière et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'éducation primaire et secondaire, Sylvain Gaudreault, réagissant au jugement rendu aujourd'hui par la Cour suprême sur le cours d'éthique et culture religieuse.

Le Parti Québécois rappelle que ce jugement complète le processus de déconfessionnalisation de l'éducation entamé par le gouvernement du Parti Québécois à la fin des années 90. Toutefois, depuis trois ans, à l'instar de beaucoup de parents et d'intervenants, on observe une dérive des objectifs initiaux de ce cours. Le Parti Québécois croit nécessaire la transmission des connaissances sur l'histoire des religions et qu'une place prépondérante soit accordée à nos réalités historiques.

« Depuis 2009, nous réclamons à chaque année, à l'occasion de l'étude des crédits du ministère de l'Éducation, une évaluation du cours d'éthique et culture religieuse. À chaque fois, les ministres libéraux de l'Éducation ont esquivé la question. Il est temps de la faire et ça presse », a conclu Sylvain Gaudreault.