Jour du Souvenir - Réponse à Richard Martineau
mercredi 12 novembre, 2014
Facebook
Twitter

Québec, le 11 novembre 2014

Monsieur Martineau,

Vous êtes un chroniqueur à la plume acérée que j'aime lire, bien que je sois souvent en désaccord avec ce que vous écrivez. C'est la beauté de la démocratie que de pouvoir diverger pacifiquement d'opinions. Mais la démocratie est un bien précieux, acquis et défendu de haute lutte…

À l'occasion du jour du Souvenir, vous avez signé un texte qui aurait pu avoir toute sa pertinence s'il ne s'était pas conclu par un commentaire sorti de nulle part et qui est venu gâcher la sauce. Étiez-vous à ce point en manque de controverse qu'il vous aura fallu déterrer cette vieille légende urbaine tenace, selon laquelle « les » députés péquistes auraient refusé de se lever à l'Assemblée nationale pour rendre hommage à des militaires du Royal 22e Régiment ayant servi en Afghanistan?

Peut-être serez-vous surpris d'apprendre que j'ai moi-même fièrement porté l'uniforme. Par conséquent, je n'ai JAMAIS osé dénigrer ou mésestimer celles et ceux qui l'ont également fait, ce que laisse pourtant entendre votre brûlot.

Je siège à l'Assemblée nationale depuis 2005, après avoir été député fédéral pendant 12 ans. J'étais donc présent en Chambre en 2007 et je n'ai pas hésité à me lever en signe de respect pour nos militaires du Royal 22e Régiment, tout comme une majorité de mes collègues députés.

Chaque année, je me fais un devoir, à l'occasion du jour du Souvenir, de rendre hommage à ceux à qui nous devons cette paix, cette liberté et cette démocratie que nous chérissons. À l'instar de plusieurs collègues, dont la députée d'Hochelaga-Maisonneuve, Carole Poirier, qui a un fils dans les Forces armées canadiennes, je me suis maintes fois exprimé publiquement en ce sens.

D'ailleurs, c'est à l'initiative de ma collègue et du Parti Québécois qu'une motion a été adoptée unanimement à l'Assemblée nationale, le 20 mai 2009, pour « transmettre aux soldats du 22e Régiment de Valcartier en Afghanistan notre reconnaissance pour le travail effectué auprès de la population afghane ».

Votre texte tend à faire passer les souverainistes pour des idéologues obtus, frappés d'amnésie et d'ingratitude. Croyez-vous que parce que nous sommes souverainistes, nous sommes allergiques à tout ce qui est « canadien »? Ce serait non seulement ridicule, parce que le Canada et ses symboles font partie intégrante de notre histoire et de notre identité, mais ce serait aussi faire abstraction que d'innombrables fils et filles du Québec ont, par la force des choses, servi sous les couleurs canadiennes (ou britanniques, selon les époques), et que plusieurs ont fait le sacrifice ultime pour que nous puissions vivre sans avoir à subir le joug de la tyrannie.

Le jour du Souvenir doit être une occasion privilégiée de nous rassembler, par-delà nos divergences d'opinions ou nos origines, pour honorer la mémoire de celles et de ceux qui n'ont pas hésité à mettre en jeu leur propre sécurité pour assurer la nôtre. Il semble que vos convictions politiques et votre propension à jeter l'anathème vous rendent incapable d'une telle dignité et d'une telle élévation…

Stéphane Bergeron Député de Verchères

P.-S. Votre collègue, Lise Ravary, avait aussi signé un texte laissant entendre que nous aurions manqué de respect à feu le caporal Nathan Cirillo en refusant de nous associer à l'hommage qui lui avait été rendu à l'Assemblée nationale. Devant le caractère disgracieux et erroné de ses propos, elle n'avait pas hésité à faire amende honorable. Ferez-vous de même?

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?