Jeudi noir pour les travailleurs - Des emplois de qualité se perdent au Québec
jeudi 14 mai, 2015
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Chicoutimi et chef de l’opposition officielle, Stéphane Bédard, déplore les nombreuses pertes d’emplois annoncées aujourd’hui, soit 1000 chez Bombardier Aéronautique, 200, peut-être plus, au chantier Davie de Lévis, et 175 à la Commission scolaire de Montréal.

« Ces pertes d’emplois surviennent au lendemain de l’annonce de plus de 100 mises à pied au siège social de Rio Tinto à Montréal. C’est un jeudi noir pour les travailleurs; des emplois de qualité et bien rémunérés disparaissent. Dans le cas de Bombardier, le gouvernement regarde passer la parade depuis plusieurs mois, malgré qu’il soit au courant des difficultés de l’entreprise. Le ministre de l’Économie nous avait dit qu’il avait fait son travail en passant un coup de fil. Aujourd’hui, on voit le résultat », a déclaré Stéphane Bédard.

En ce qui concerne le chantier Davie, le chef de l’opposition officielle rappelle que le premier ministre nous avait pourtant dit, à la suite du dernier budget fédéral, que l’obtention de contrats pour nos chantiers maritimes devenait pour lui un cheval de bataille. Depuis, le gouvernement fédéral a annoncé qu’il dépensera plus de 100 milliards de dollars en contrats maritimes en Colombie-Britannique et en Nouvelle-Écosse. Or, malgré le fait que les Québécois paieront 20 milliards pour ces contrats, le chantier Davie n’en obtiendra aucun.

« C'est justement ça, le problème. Il faut faire des batailles pour ramasser des miettes provenant d’Ottawa. Et, seulement trois semaines après le dépôt du budget fédéral, l’incapacité du premier ministre du Québec à obtenir la confirmation de contrats vient de coûter 200 jobs, peut-être plus. Qu’est-ce que le premier ministre dit aux pères et aux mères de famille qui ont appris, cette semaine, qu’ils n’avaient plus d’emploi? Qu’est-ce qu’il fera pour éviter que les pertes d’emplois, causées uniquement par l’entêtement du gouvernement fédéral, se multiplient à la Davie? », a ajouté le chef de l’opposition officielle.

« La réalité des derniers mois, ce sont des mauvaises nouvelles à répétition chez Alcan, au Cirque du Soleil, chez Bombardier, chez SNC-Lavalin, chez Résolu… tous des fleurons ayant quitté le Québec ou en difficulté. La grande contribution du premier ministre a été de déstabiliser le secteur aéronautique au complet en coupant de 20 % le crédit d’impôt pour la recherche et le développement. Entend-il le rétablir, comme le réclame l’industrie? », a conclu Stéphane Bédard.