Institut universitaire en santé mentale Douglas - 9,8 M$ pour le projet de Centre de recherche translationnelle sur les troubles de l'humeur et le suicide
mardi 4 février, 2014
Facebook
Twitter

Montréal – Le ministre de la Santé et des Services sociaux et ministre responsable des Aînés, le docteur Réjean Hébert, a confirmé aujourd'hui le feu vert du gouvernement au projet de Centre de recherche translationnelle sur les troubles de l'humeur et le suicide de l'Institut universitaire en santé mentale Douglas, situé dans l'arrondissement de Verdun. Ce projet est évalué à 9,8 millions de dollars.

« Cette annonce tombe à point, alors que se déroule actuellement la Semaine nationale de prévention du suicide. Le soutien accordé à ce projet de l'Institut Douglas témoigne de la priorité que nous accordons à la santé mentale, thème autour duquel s'est d'ailleurs tenu, il y a une semaine, un forum réunissant nos partenaires en cause », a déclaré le docteur Hébert.

Le 4e étage de l'aile ouest du Pavillon Perry sera réaménagé en profondeur afin d'accueillir les équipes du centre de recherche, et les installations de la Banque de cerveaux du Québec seront modernisées. « Ce projet permettra de mieux comprendre les mécanismes générant les troubles de l'humeur ou des intentions suicidaires chez les personnes à risque. Il favorisera une intégration optimale de la recherche clinique, de l'épigénétique, de la neuroanatomie ainsi que de la biologie moléculaire et cellulaire », a déclaré le docteur Hébert.

Le coût total du projet, comprenant la construction et l'achat de l'équipement, est évalué à 9,8 millions de dollars. Cette réalisation est rendue possible grâce à des contributions de 7,2 millions de dollars de la part du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie et de 2,6 millions de dollars de la Fondation de l'Institut universitaire en santé mentale Douglas. Une tranche de financement de 2,2 millions est immédiatement mise à la disposition de l'établissement afin de lancer les travaux.

« La recherche est essentielle dans ce champ de la médecine, d'autant plus qu'une personne sur cinq souffrira d'un problème de santé mentale au cours de sa vie. Cette réalisation est en continuité avec la Politique nationale de la recherche et de l'innovation dévoilée à l'automne. La mise sur pied du Centre de neuroscience translationnelle permettra l'essor d'une nouvelle expertise au Québec, ce dont nous sommes très fiers », a déclaré le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la science et de la Technologie, M. Pierre Duchesne.