Infrastructures municipales - Qu’attend le premier ministre libéral pour aller chercher notre argent à Ottawa?
jeudi 12 mai, 2016
Facebook
Twitter

Québec – Alors que, pour les projets d’infrastructures au Québec, les négociations avec Ottawa n’aboutissent pas, le député de Jonquière et chef de l’opposition officielle, Sylvain Gaudreault, a interpellé le premier ministre libéral Philippe Couillard pour que l’argent dû au Québec soit rapidement disponible pour nos municipalités.

« Dans un contexte où le Québec a perdu 10 000 emplois depuis un an, nous nous serions attendus à ce que le gouvernement insiste au maximum dans ses négociations pour obtenir les centaines de millions de dollars qui nous reviennent et qui dorment à Ottawa. Il y a actuellement des projets d’une valeur de 14 G$, et représentant des milliers d’emplois, qui attendent d’être soutenus pour démarrer. Pendant ce temps-là, des fonds fédéraux destinés aux infrastructures sont disponibles pour pratiquement toutes les provinces, sauf le Québec. Après deux ans de tergiversations, est-ce que le premier ministre peut expliquer aux Québécois pourquoi le gouvernement n’a toujours pas signé d’entente avec Ottawa? », a demandé Sylvain Gaudreault. Le chef de l’opposition officielle a, de façon plus particulière, identifié le volet Infrastructures provinciales-territoriales, projets d’importance nationale, régionale et locale du programme Chantiers Canada, qui représente 1,6 G$ pour le Québec.

« Le premier ministre se vante d’avoir augmenté le nombre de contrats donnés sans appel d’offres et d’avoir réduit la transparence pour les citoyens. Donc, en plus de nuire au fragile lien de confiance, il ne fait rien pour tenter de régler les problèmes qui existent déjà. Ce matin devant l’UMQ, il n’avait rien à dire aux élus municipaux. Le Québec a besoin de bonnes nouvelles économiques. Nous demandons au premier ministre de nous dire ce qui ne fonctionne pas avec Ottawa. Entre fédéralistes, ils devraient s’entendre; c’est ce qu’on nous dit tout le temps! Mais, en attendant, il se perd des emplois au Québec et des projets qui pourraient en créer sont bloqués. Quelles sont les conditions inacceptables fixées par Ottawa et qui empêchent les projets d’avancer au Québec? », a par ailleurs insisté Sylvain Gaudreault.