Informatique au gouvernement - Les mandats spéciaux du ministre ne règlent pas le problème de la planification
vendredi 20 mars, 2015
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Bonaventure et porte-parole de l’opposition officielle en matière de ressources informationnelles, Sylvain Roy, déplore que les mesures annoncées par le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, pour lutter contre les pratiques illégales dans l’octroi de contrats informatiques, ne règlent en rien le manque de planification du gouvernement du Québec en ce qui concerne la gestion en ce domaine.

« Les mandats confiés à l’Unité permanente anticorruption (UPAC) et au Vérificateur général (VG) n’apportent aucune solution au problème maintes fois décrié par le VG dans ses récents rapports, soit l’absence d’une vision d’ensemble et d’orientations claires dans la gestion des contrats informatiques au gouvernement », a déclaré Sylvain Roy.

Le député de Bonaventure croit que les arrestations de l’UPAC, la semaine dernière, donnent l’occasion au gouvernement de s’attaquer aux problèmes immédiats liés aux ressources informationnelles, comme la perte de l’expertise interne et l’absence de concurrence entre les entreprises soumissionnaires.

« Nous croyons que la solution passe, entre autres, par l’embauche de grands spécialistes possédant un sens de l’éthique et du respect de l’État irréprochable pour combler les postes stratégiques, afin que les importants projets informatiques soient coordonnés avec rigueur. Malheureusement, les annonces faites par le gouvernement libéral ne proposent rien pour régler les problèmes liés aux ressources informationnelles, qui coûtent une fortune aux contribuables québécois chaque année. Pourtant, quand le Parti Québécois était au pouvoir, nous avions débuté un important travail de révision des pratiques contractuelles en matière informatique. Où en est ce chantier? », s’est demandé le député de Bonaventure.

« Les solutions ponctuelles et à court terme doivent être accompagnées d’une planification globale et à long terme de la gestion des contrats informatiques au gouvernement. C’est pour cette raison que nous demandons au ministre Coiteux de déclencher rapidement une enquête à ce sujet afin de faire la lumière sur l’ensemble du problème », a conclu Sylvain Roy.