Importants dépassements de coûts pour les contrats informatiques à Hydro-Québec : le Vérificateur général doit avoir accès aux livres d'Hydro-Québec
mardi 24 mai, 2011
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Jonquière et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’énergie, Sylvain Gaudreault, rejette totalement les explications alambiquées fournies par Hydro-Québec concernant les importants dépassements de coûts observés pour les contrats informatiques. Il déplore également l’attitude de la ministre responsable de la société d’État, Nathalie Normandeau, qui a préféré aujourd’hui jouer à la porte-parole d’Hydro-Québec plutôt que de s’inquiéter des 400 millions de dollars de dépassements de coûts sur une dépense totale de un milliard de dollars.

« La défense de la haute direction d’Hydro-Québec est indécente! Après avoir passé tout près d’un outrage au Parlement, voilà que ses dirigeants laissent entendre que les parlementaires ne font pas correctement leur travail et qu’on invente des histoires. C’est honteux. Il est temps que le Vérificateur général ait accès aux livres de la société d’État et examine les procédés », a déclaré Sylvain Gaudreault.

Le député de Jonquière n’en revient pas du communiqué de presse émis aujourd’hui par la société d’État qui souhaite faire passer des dépassements de coûts de 400 millions de dollars comme étant anodins. « Nous voulons une société d’État efficace et bien gérée, pas une société d’État qui veut laisser croire que 400 millions de dollars en dépassements de coûts, c’est normal. Quand le déboursé final dépasse de 40 % la valeur initiale du contrat, c’est qu’il y a un problème, a-t-il insisté. Par ailleurs, il est troublant de constater que la majorité des contrats accordés l’a été sans appel d’offres. Encore une fois, pour Thierry Vandal, c’est normal », a ajouté M. Gaudreault.

Le Parti Québécois met donc au défi la ministre Nathalie Normandeau et le conseil d’administration d’Hydro-Québec d’autoriser le Vérificateur général à faire enquête. « Depuis des mois, le gouvernement libéral et les dirigeants de la société d’État refusent d’ouvrir les livres. Si c’est si normal, comme ils le prétendent aujourd’hui, ils n’auront donc aucune crainte à dire oui à cette demande tout à fait légitime », a conclu Sylvain Gaudreault.

Rappelons que le Parti Québécois a déposé un projet de loi il y a quelques mois afin de donner accès au Vérificateur général du Québec aux livres de la société d’État, mais le gouvernement libéral s’y oppose fermement, tout comme le conseil d’administration d’Hydro-Québec.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?