Il faut prendre tous les moyens pour sauver les données du registre des armes à feu
mardi 1 novembre, 2011
Facebook
Twitter

Québec – Les députés de l’Assemblée nationale devront se prononcer demain sur une importante motion concernant le registre des armes à feu et la volonté des Québécois de le maintenir en place. Ainsi, après un débat qui se déroulera entre 15 h et 17 h, les députés seront appelés à voter sur la motion suivante :

Que l’Assemblée nationale exige du contrôleur des armes à feu qu’il prenne toutes les mesures nécessaires afin de préserver l’intégralité des données québécoises inscrites au Registre des armes à feu.

Par l’adoption de cette motion, le contrôleur des armes à feu à la Sûreté du Québec devra poser les gestes requis afin de respecter la décision de l’Assemblée nationale et protéger les données. Ce faisant, il fera fi de la volonté des conservateurs.

« Il est minuit moins une. Le gouvernement conservateur se moque de l’Assemblée nationale et force les étapes de l’étude de son projet de loi à la Chambre des communes pour une adoption rapide. C’est un affront pur et simple. Avant qu’il ne soit trop tard, il faut donc que l’État québécois prenne tous les moyens pour sauver le registre des armes à feu », a déclaré le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle en matière de sécurité publique, Stéphane Bergeron.

Le député de Verchères note au passage que les conservateurs ont modifié leur discours. Auparavant, ils étaient d’accord avec la création d’un registre québécois des armes à feu. Aujourd’hui, ils indiquent leur désaccord en prétendant qu’il s’agit d’une compétence qui ne relève pas du Québec, poussant même l'arrogance jusqu'à affirmer que l'unanimité de l'Assemblée nationale ne fait pas le poids face aux revendications du lobby des armes à feu.

« Plutôt que de manquer de respect envers les élus québécois, les conservateurs devraient se rendre à l’évidence : leur projet d’abolir le registre des armes à feu ne passe pas au Québec », a conclu Stéphane Bergeron.