Hausse vertigineuse des GES : le Canada torpille Kyoto et le Québec
mardi 31 mai, 2011
Facebook
Twitter

Québec – « La hausse de 5 % des gaz à effet de serre en deux ans est très préoccupante et inquiétante. Les conséquences seront importantes. Or, tant que le Québec sera membre d’un pays qui est le principal fossoyeur du protocole de Kyoto, il ne pourra pas se distinguer, et ce, même s’il a le meilleur plan au monde. Ottawa mine les efforts du Québec avec le silence complice du gouvernement libéral de M. Charest ».

C’est ce qu’a déclaré la députée de Vachon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de développement durable, d’environnement, de parcs et d’eau, Martine Ouellet, en prenant connaissance des dernières données rendues publiques sur l’émission des gaz à effet de serre.

Pour le Parti Québécois, la nécessité pour le Québec d’avoir sa voix dans les forums internationaux est indéniable. « Il est urgent que le Québec devienne un pays. Actuellement, la position du Québec est diluée dans la position canadienne, une position qui encourage les sables bitumineux et qui mine les efforts québécois », a ajouté Mme Ouellet.

Le Québec pourrait devenir un leader des énergies renouvelables

Pour elle, le Québec est bien positionné pour démontrer la viabilité d’une économie basée sur les énergies vertes. « Nous avons le talent et la connaissance au Québec pour faire un tel virage. Ce qu’il nous manque, c’est la volonté politique. En abandonnant l’Agence de l’efficacité énergétique, avec un plan fluet d’électrification des transports, et en faisant la promotion aveugle des gaz de schiste sans en connaître les impacts, le gouvernement Charest ne peut réaliser cette ambition québécoise », a conclu la députée de Vachon.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?