Hausse fulgurante du prix de l'essence : le Parti Québécois demande au gouvernement libéral d'évaluer la possibilité d'établir un prix plafond
mardi 3 mai, 2011
Facebook
Twitter

Québec – « La fulgurante hausse du prix de l’essence au cours des dernières semaines a un impact majeur dans le budget des familles québécoises. Au-delà des paroles, il faut de l’action. Le gouvernement libéral de Jean Charest doit explorer tous les moyens afin de limiter l’impact de cette hausse dès maintenant ». C’est ce qu’a demandé à l’Assemblée nationale le député de La Prairie et porte-parole de l’opposition officielle en matière de protection des consommateurs, François Rebello.

M. Rebello a souligné qu’il en coûtera 1000 $ de plus cette année pour chaque famille québécoise à un prix de 1,42 $/litre. Or, au Nouveau-Brunswick et à l’Île-du-Prince-Édouard, le prix du litre est 10 cents et 12 cents de moins. Cet état de fait s’explique notamment parce que ces gouvernements ont fixé un prix maximum.

Malgré l’ouverture manifestée par la ministre Nathalie Normandeau, le député Rebello demande au gouvernement de passer en mode action. « La ministre Normandeau est pressée d’agir quand il s’agit des gaz de schiste, mais se presse trop lentement pour les automobilistes qui sont pris à la gorge. Nous au Parti Québécois, nous sommes prêts à nous asseoir avec le gouvernement pour étudier la proposition faite par l’Union des consommateurs et l’Association québécoise des indépendants du pétrole pour le bénéfice des automobilistes », a poursuivi M. Rebello.

« D’ici à ce que le Québec se libère de sa dépendance au pétrole et que l’électrification des transports soit déployée avec force partout sur le territoire, le gouvernement a l’obligation de prendre tous les moyens pour que les familles québécoises ne soient pas victimes d’un prix du litre d’essence plus élevé ici qu’ailleurs », a-t-il conclu.