Hausse des droits de scolarité : Pauline Marois exhorte le premier ministre à ouvrir le dialogue avec les étudiants
jeudi 22 mars, 2012
Facebook
Twitter

Québec – La chef de l'opposition officielle et députée de Charlevoix, Pauline Marois, exhorte le premier ministre à agir en gouvernement responsable et à ouvrir un dialogue avec les étudiants. « L'attitude bornée du gouvernement libéral devant les étudiants a assez duré. Le vrai leadership consiste à obtenir des résultats. L'attitude du premier ministre a produit l'effet inverse. Il y a maintenant plus de 200 000 étudiants québécois qui sont en grève. Les activités de nos cégeps et de nos universités sont paralysées. Les manifestations se multiplient, le conflit s'envenime », a-t-elle déclaré.

La hausse de 75 % des droits de scolarité heurte de plein fouet les familles de la classe moyenne qui devront payer jusqu'à 3800 $ par année par enfant à l'université, en plus des frais afférents et des frais de subsistance. Pour une famille avec deux, trois ou quatre enfants, l'accessibilité aux études supérieures risque d'être compromise.

« Il faut savoir que la grande majorité des jeunes des familles de la classe moyenne n'a pas droit aux bourses. Il est légitime pour un gouvernement de prendre la décision d'augmenter les tarifs, mais il y a des limites, 75 %, ça n'a tout simplement pas de bon sens. Les leaders étudiants ont tendu la main au gouvernement à plusieurs reprises. J'invite donc le premier ministre à faire preuve d'un véritable leadership, à prendre ses responsabilités et à ouvrir le dialogue avec les étudiants », a ajouté Pauline Marois.

« Le vrai leadership s'exerce non pas en étant rigide et sourd comme Jean Charest, mais en acceptant un dialogue avec les étudiants en vue de trouver des solutions et d'obtenir des résultats », a-t-elle affirmé.

« Si les libéraux s'obstinent jusqu'au bout et imposent cette hausse, un gouvernement du Parti Québécois l'annulera. Si les Québécois nous font confiance pour former le prochain gouvernement, nous tiendrons un sommet sur l'enseignement supérieur. Nous réunirons alors tous les acteurs et nous établirons un mode de financement acceptable pour toutes les parties », a conclu la chef de l'opposition officielle.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?