Gentilly-2 : le Parti libéral ne joue pas franc-jeu avec les Québécois
samedi 25 février, 2012
Facebook
Twitter

Québec – « Plus le temps passe, plus on a de signaux qui nous laissent à croire que le Parti libéral ne joue pas franc-jeu avec les Québécois dans le dossier de la centrale Gentilly-2 », a affirmé le député de Marie-Victorin et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'énergie, Bernard Drainville, quelques minutes avant le début de l'interpellation portant sur ce sujet à l'Assemblée nationale ce matin. « Nous espérons avoir enfin des réponses claires concernant l'avenir de la centrale », a-t-il poursuivi.

« Tout laisse à croire que le gouvernement cherche à reporter après les élections l'annonce du démantèlement de la centrale Gentilly-2. La ministre responsable de la Mauricie, Julie Boulet, laisse entendre que la centrale sera restaurée alors que son collègue, le ministre de l'Environnement, Pierre Arcand, nous dit plutôt que le Québec en a fini avec le nucléaire. Ce que nous comprenons, c'est que les libéraux refusent de dire la vérité quant à leur réelle intention avant une campagne électorale », a ajouté Bernard Drainville.

« Les ministres jouent sur les mots, soufflent le chaud et le froid alors qu'ils devraient travailler à un plan de diversification économique pour la Mauricie », a poursuivi le député.

Le Parti Québécois ne souhaite pas que le Québec poursuive dans la voie du nucléaire pour encore 25 ans. La centrale devra être déclassée tôt ou tard. Les milliards qui devront être engloutis dans la réfection de Gentilly-2 seraient mieux investis dans les énergies renouvelables, par exemple.

« Les risques environnementaux associés au nucléaire sont très grands. Il est pour nous évident que de se consacrer à la production d'énergie par d'autres moyens est la seule voie à suivre. Surtout qu'aucune solution n'est en place pour disposer de façon sécuritaire et permanente des déchets nucléaires. Il s'agit d'un cadeau empoisonné pour les générations futures. Les coûts de disposition des déchets nucléaires doivent être pris en compte dans le coût de l'électricité produite à Gentilly-2 », a ajouté pour sa part le député de L'Assomption et porte-parole de l'opposition officielle en matière d'environnement, Scott McKay.

« Le Parti Québécois a une position claire : fermer et déclasser Gentilly-2 et mettre en place un fonds de diversification économique pour la région Centre-du-Québec-Mauricie. Les Québécois ont le droit d'avoir l'heure juste relativement à la position des libéraux, mais également à celle des caquistes sur cet enjeu. Ils doivent dire aux Québécois quelles sont leurs intentions réelles concernant l'avenir de Gentilly-2 », a conclu Bernard Drainville.