Gaz de schiste : la ministre Gagnon-Tremblay se range aux arguments du Parti Québécois et admet que le projet de loi 14 ne va pas assez loin
mercredi 2 novembre, 2011
Facebook
Twitter

Québec – Le Parti Québécois constate l’improvisation et la confusion qui règnent au gouvernement libéral sur l’interprétation à donner à la portée du projet de loi 14. Interpellée par le député de Johnson, Etienne-Alexis Boucher, et afin de calmer l’inquiétude des citoyens sur la question des gaz de schiste en Estrie, la ministre Monique Gagnon-Tremblay a laissé croire que le projet de loi 14 encadrerait les activités d’exploration et d’exploitation des gaz de schiste et que les municipalités pourront soustraire des territoires à toute exploitation minière, dont les gaz de schiste.

« Les citoyens de l’Estrie sont inquiets et la ministre, avec son attitude désinvolte, n’aide pas à calmer leurs appréhensions. Qui plus est, on constate qu’elle s’est mal fait expliquer le projet de loi 14 par son collègue délégué aux Mines, Serge Simard, parce que ce qu’elle voudrait voir dans ce projet de loi n’y apparaît pas », a déclaré Etienne-Alexis Boucher.

Hier, dans le quotidien La Tribune, la ministre Gagnon-Tremblay a soutenu que le projet de loi 14 « va être la façon de baliser parfaitement les activités minières, y compris l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste ». Elle ajoutait également que « les amendements déposés par mon collègue Serge Simard dans le projet de loi 14 apportent la protection nécessaire aux territoires que les municipalités désirent soustraire à toute exploitation minière, dont les gaz de schiste ».

« Par ses déclarations, la ministre Gagnon-Tremblay indique donc qu’elle est d’accord avec l’opposition officielle et souhaite que cette question soit incluse dans le projet de loi 14, ce qui n’est pas le cas actuellement. Elle doit donc convaincre son collègue Serge Simard qui s’entête à dire non depuis le début de l’étude du projet de loi », a souligné de son côté la députée de Vachon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de mines et de gaz de schiste, Martine Ouellet.

Le gouvernement libéral refuse de bonifier son projet de loi pour des raisons obscures

Elle souligne que le ministre Simard et les députés libéraux membres de la commission parlementaire ont rejeté un amendement afin de permettre aux municipalités de déterminer des zones d’exclusion à toute exploration et exploitation des gaz de schiste. Depuis le début de l’étude du projet de loi 14, le gouvernement libéral bloque systématiquement les amendements de l’opposition officielle pour que le projet de loi 14 sécurise les citoyens, particulièrement à l’égard de l’encadrement des activités d’exploration et d’exploitation des gaz de schiste.

« Les craintes des citoyens sont légitimes. Il serait temps que le gouvernement libéral calme cette inquiétude et accepte de prendre des mesures pour y parvenir. Le projet de loi 14 donne cette opportunité et c’est ce que veut le Parti Québécois », a conclu Martine Ouellet.