Gaétan Barrette prouve une fois de plus qu’il n’est pas le ministre des patients
vendredi 13 novembre, 2015
Facebook
Twitter

Québec – En présence de représentants de Médecins québécois pour le régime public et du Regroupement des médecins omnipraticiens pour une médecine engagée, la porte-parole du Parti Québécois en matière de santé et d’accessibilité aux soins, Diane Lamarre, a interpellé le ministre de la Santé, ce matin, sur l’imposition unilatérale des frais accessoires et sa volonté de porter atteinte au concept d’universalité et de gratuité des soins de santé au Québec.

Diane Lamarre rappelle que le Parti libéral n’a pas reçu le mandat de privatiser notre système de santé. « Après avoir officiellement autorisé les médecins à facturer 50 M$ aux patients pour des services déjà assurés – une somme qui aurait pu être prise à même l’enveloppe de rémunération des médecins –, voilà que le ministre veut revoir les fondements mêmes de notre système de santé public. Où était-ce écrit, dans la plateforme du Parti libéral, qu’il allait s’attaquer à l’universalité et privatiser le réseau de santé? Probablement sur une page qui nous manque, juste à côté de celle qui mentionnait la facturation de frais accessoires et la désassurance de la fécondation in vitro. Quel est le prochain service appelé à être privatisé par le gouvernement libéral? », a questionné la députée.

Entente avec la FMSQ

Étonnamment, dix jours après que le ministre ait permis aux médecins de facturer des frais accessoires, l’entente avec la FMSQ promise depuis des mois est survenue. Plus étonnant encore, le ministre nous prouve, avec cette entente, que le remaniement de la masse de rémunération des médecins spécialistes, ce que nous demandions depuis des mois, est bel et bien possible. « Les Québécois doivent savoir ce que le ministre a négocié en leur nom. En plus des 30 M$ supplémentaires alloués aux radiologistes, quel autre cadeau a-t-il offert à ses anciens collègues? Et pourquoi, au juste, avons-nous besoin d’une entente pour que les spécialistes voient des patients, bref, qu’ils fassent leur travail? Quelles sont les cibles qui ont été fixées? Silence radio du côté du ministre. Rappelons par ailleurs que c’est en consultant l’entente conclue avec la FMOQ, en mai dernier, que nous avons découvert le retour de la prime Bolduc, au coût de 25 M$, pour la simple inscription de nouveaux patients. Cette entente avec les spécialistes doit donc absolument et impérativement être rendue publique », a réclamé Mme Lamarre.

Procréation assistée : des couples anéantis

La fin de la couverture publique de la fécondation in vitro (FIV), officialisée ce mardi par la sanction du projet de loi 20, est venue bouleverser les projets de milliers de couples infertiles. « Un couple sur six au Québec est infertile; ce sont autant de Québécois qui ont vu leur projet de fonder une famille compromis par la désassurance de la FIV. "Anéantis" est un mot bien trop faible pour décrire comment ils se sentent face à un ministre qui a refusé de les écouter et qui n’a pas tenu compte des bienfaits de ces naissances pour les familles et l’économie du Québec. Il a simplement considéré l’abolition du programme québécois de procréation assistée comme une colonne de chiffres qui lui permettrait d’équilibrer son budget », a déploré la députée.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?