Francisation des personnes immigrantes - Accueil favorable de la ministre Diane De Courcy aux préoccupations de l'ensemble des intervenants et de la Fédération autonome de l'enseignement
mardi 2 octobre, 2012
Facebook
Twitter

Montréal – La ministre de l'Immigration et des Communautés culturelles et ministre responsable de la Charte de la langue française, Mme Diane De Courcy, tient à faire savoir qu'elle accueille positivement les préoccupations exprimées par la Fédération autonome de l'enseignement et les organisations qui se sont exprimées lors de la conférence de presse tenue aujourd'hui, en ce qui concerne la francisation des personnes immigrantes et des non-francophones et leur intégration à la société québécoise. « Cette préoccupation rejoint mon mandat en immigration de même que celui relatif à la langue. La vitalité et la qualité du français, ce qui inclut la francisation des nouveaux arrivants, est clairement pour moi une priorité », affirme la ministre.

Harmonisation des services gouvernementaux

Les services gouvernementaux en francisation sont offerts par trois ministères partenaires : le ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles, le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport et Emploi-Québec. Les cours de français pour les personnes immigrantes adultes sont offerts dans divers établissements d'enseignement et organismes au Québec et à l'étranger. L'an dernier, près de 45 000 personnes ont pu profiter de l'offre de service gouvernementale. Quant aux enfants des personnes immigrantes, ils fréquentent l'école française, conformément aux dispositions de la Charte de la langue française.

« Malgré le travail accompli, nous savons que les besoins sont grands et que des efforts restent à faire. Mes collègues et moi avons en effet la volonté d'améliorer de façon significative la coordination entre nos ministères et d'arriver à de meilleurs résultats », a ajouté la ministre.

La collaboration des ministères est essentielle pour joindre le plus grand nombre de personnes possible afin qu'elles acquièrent une connaissance pratique de la langue française, à l'étranger ou au Québec, et afin qu'elles puissent approfondir cette connaissance de façon à intégrer rapidement le marché du travail et participer pleinement à la vie de la société.

Travailler ensemble pour faire avancer les choses

La ministre perçoit la mobilisation du milieu comme un avantage pour la réussite du mandat qui vient de lui être confié par la première ministre. « Une de mes priorités sera de faire en sorte que le français reprenne toute sa place comme langue officielle et langue d'usage partout au Québec. Et l'immigration peut contribuer à l'atteinte de cet objectif. » C'est pourquoi elle souhaite rencontrer les représentants de la Fédération autonome de l'enseignement et l'ensemble des intervenants pour discuter avec eux de ce qui peut être fait pour améliorer les choses.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?