Forum mondial de la langue française : bilan lumineux pour la Francophonie, noir pour le gouvernement
vendredi 6 juillet, 2012
Facebook
Twitter

Québec – « L'effervescence, la qualité remarquable des conférenciers, l'audace des échanges et la franchise sans complaisance des constats, le discours clair et engagé du Secrétaire général de la Francophonie, les rues animées par des cultures francophones amalgamées avec bonheur, bref, le bilan du premier Forum mondial de la langue française nous semble être un succès. » C'est ce qu'à déclaré le député de Drummond, porte-parole de l'opposition officielle en matière de langue et délégué du Parti Québécois au Forum mondial de la langue française, Yves-François Blanchet, avant d'ajouter : « Par contre, la forte présence étudiante portant le carré rouge et les dénonciations lors des ateliers du bilan désastreux du gouvernement libéral en matière de langue, auxquelles se sont ajoutées de nouvelles révélations, tout ça constitue au contraire un triste bilan pour le Parti libéral de Jean Charest. »

En effet, entre le protocole qui s'avère souvent l'occasion de rencontres très constructives et les prestations artistiques qui ont permis de sceller des amitiés entre des jeunes et des futurs leaders de la Francophonie mondiale, des présentations sérieuses, parfois même sévères, ont été offertes aux délégués des cinq continents. « La volonté du Secrétaire général, M. Abdou Diouf, de permettre des échanges hors du cadre contraignant des sommets afin de favoriser l'émergence de nouvelles idées s'est avérée un pari plus que gagnant. De plus, le Secrétaire général a exprimé sa fierté devant les succès d'une langue bientôt parlée par un demi milliard de locuteurs, mais aussi une certaine impatience envers les dangers qui planent au dessus de l'avenir du français, une des trois principales langues internationales du monde », a ajouté le député de Drummond.

En revanche, et même s'il ne faut y voir qu'un signe d'ouverture et de saine curiosité par rapport à une actualité tumultueuse, la visite spontanée de M. Diouf aux manifestants du Mouvement Québec français aura jeté une douche froide sur l'attitude triomphante du premier ministre. « On se souviendra que le gouvernement a utilisé le printemps étudiant pour détourner le regard des Québécois de son bilan gênant et il a tenté de faire de même avec le Forum pour masquer un bilan linguistique pitoyable à la face du monde. Comme si ça ne suffisait pas, voilà la ministre St-Pierre au cœur d'un nouveau scandale. En effet, la manipulation de données sur la fréquentation du cégep en français par les allophones, une question cruciale, révèle trop bien que ce gouvernement est rendu trop bas pour être digne de diriger le Québec », a souligné Yves-François Blanchet.

Enfin, le député de Drummond a cru essentiel que le rendez-vous donné à plus de 1200 jeunes du monde francophone à Québec serve aussi à les informer sur le mouvement de contestation étudiant au Québec sans le filtre que tente d'y appliquer le gouvernement. « J'ai donc réuni des représentants de la FEUQ et une quarantaine de délégués représentant la société civile de chacun des cinq continents et du Québec à l'Assemblée nationale. Les échanges ont été animés et, l'Assemblée nationale étant la maison du peuple, il était normal qu'elle soit mise à la disposition d'une jeunesse étudiante dont le Québec doit être fier devant toute la Francophonie », a conclu le délégué du Parti Québécois au Forum mondial de la langue française.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?