Forêt privée - Le ministre Lessard doit rapidement rétablir les budgets
jeudi 11 juin, 2015
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Bonaventure et porte-parole de l’opposition officielle en matière de forêts, Sylvain Roy, le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, le député de Rimouski, Harold LeBel, ainsi que le député de Gaspé et porte-parole en matière de développement des régions, Gaétan Lelièvre, ont dénoncé, ce matin, l’abandon par le gouvernement libéral du Programme de création d’emplois en forêt et du Programme d’investissements sylvicoles. Lors d’un point de presse, accompagnés de représentants du milieu forestier du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, ils ont demandé au ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, de rétablir les budgets dédiés à la forêt privée.

« Pour les régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, on parle de 6 M$ de moins pour la forêt privée. J’aimerais rappeler au ministre, comme on le lui a répété lors de sa tournée régionale, que chez nous, des dizaines de villages vivent exclusivement de l’exploitation de la forêt; lorsque 250 travailleurs sont forcés au chômage, c’est l’ensemble de la communauté et des centaines de familles qui se retrouvent en difficulté. Le ministre doit absolument revenir sur sa décision et reconduire le Programme d’investissements sylvicoles et le Programme de création d’emplois en forêt », a réclamé Sylvain Roy.

« En demandant aux forestiers de faire plus avec moins, en disant aux travailleurs qu’ils ont suffisamment d’argent pour débuter la saison et que pour la suite, "on verra", le ministre plonge les familles dans l’incertitude. Trouverait-il normal, lui, de vivre au jour le jour, sans savoir s’il aura un revenu jusqu’à la fin de l’année? », a demandé, pour sa part, Pascal Bérubé.

Harold LeBel se souvient, quant à lui, des promesses électorales des libéraux. « Il y a deux semaines à peine, le ministre régional promettait une annonce imminente pour les gens de la forêt privée. On attend toujours. Or, le temps presse pour les producteurs et les groupements forestiers; ils ne demandent qu’à être soutenus pour pouvoir faire travailler leur monde », a-t-il ajouté.

Enfin, Gaétan Lelièvre s’est dit, lui aussi, très inquiet pour l’avenir des forestiers privés du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie. « En matière de forêt, chaque dollar investi rapporte 6 $ en activité économique. Le gouvernement ne peut se permettre de laisser tomber ce secteur essentiel à la vitalité de nos régions et à l’occupation dynamique de notre territoire », a-t-il conclu.