Fiasco du procès SharQc - La ministre de la Justice a le devoir d’intervenir
vendredi 16 octobre, 2015
Facebook
Twitter

Québec – Aujourd’hui, le DPCP a confirmé qu’en ce qui a trait au procès SharQc, le travail des policiers qui ont, pour certains, risqué leur vie pour faire échec au crime organisé a été purement et simplement réduit à néant. La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, qui est restée muette jusqu’à présent, doit des explications à ces hommes et à ces femmes, ainsi qu’à l’ensemble des Québécois, affirment Stéphane Bédard et Pascal Bérubé, respectivement porte-parole du Parti Québécois en matière de justice et de sécurité publique.

« Par respect pour les enquêteurs et les policiers qui ont travaillé pendant des années pour accumuler une preuve suffisante permettant de porter des accusations graves contre des individus fortement criminalisés, la ministre de la Justice doit elle-même faire la lumière sur les évènements qui ont mené à l’échec du procès SharQc et agir afin qu’une telle situation ne se reproduise plus », a déclaré Pascal Bérubé.

« Il est désolant de voir la première responsable de la justice au Québec rester silencieuse face à l’un des pires gâchis de notre histoire judiciaire. Il est plus que temps qu’elle cesse de se cacher, qu’elle assume ses responsabilités, et qu’elle explique aux Québécois les raisons qui ont mené à cet échec lamentable », a réclamé Stéphane Bédard.

Rappelons que le procès SharQc est l’un des plus gros de l’histoire du Québec et que c’est la deuxième fois qu’une telle situation survient. En effet, en 2011, 31 des 156 accusés avaient été libérés. « C’est déplorable. C’est à croire que ce gouvernement n’a pas tiré de leçon. Et, par ailleurs, dans le contexte actuel, il serait urgent que la ministre nous explique les raisons qui l’ont poussée à réduire le nombre de procureurs au Québec », a conclu Stéphane Bédard.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?