Fermeture de la route 138 : le Parti Québécois réclame l'intervention du premier ministre du Québec
jeudi 9 juin, 2011
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Lac-Saint-Jean et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’affaires autochtones, Alexandre Cloutier, le député de René-Lévesque, Marjolain Dufour, et la députée de Duplessis, Lorraine Richard, réclament l’intervention urgente du premier ministre du Québec, Jean Charest, afin d’éviter que la situation dégénère sur la route 138.

« Lundi, le chef des Innus de Pessamit, Raphaël Picard, a écrit au premier ministre pour réclamer une rencontre au sommet avec M. Charest et la haute direction d’Hydro-Québec. En raison de l’absence de réponse du gouvernement, les Innus ont entrepris ce matin un blocage intermittent de la route 138 qui pourrait se transformer en blocage total au cours des prochaines semaines. Le premier ministre doit prendre en main cette situation et rencontrer le chef Picard pour dénouer l’impasse avant que la situation s’envenime », a déclaré Alexandre Cloutier.

Dans sa lettre, le chef Picard affirmait : « [...] nous constatons que le gouvernement du Québec méprise les droits et les intérêts de la Première Nation Innue de Pessamit. Cette situation, qui prend des proportions démesurées avec votre Plan Nord, doit changer ».

« Ça fait deux fois en trois jours que le Parti Québécois interpelle le premier ministre à l’Assemblée nationale sur cette question et que ce dernier refuse de se lever pour répondre. Depuis le dévoilement du Plan Nord, le premier ministre tente de faire croire à la population qu’il s’est entendu avec toutes les communautés autochtones vivant sur le territoire du Plan Nord. De toute évidence, ce n’est pas le cas. En raison de la négligence du gouvernement, c’est la population qui se retrouve prise en otage dans un conflit entre le gouvernement libéral et les Innus de Pessamit », a ajouté Marjolain Dufour.

« Par l’inaction et le refus du premier ministre de prendre la situation en main, c’est toute la population de la Côte-Nord qui devra vivre avec les effets sur la paix sociale et sur l’économie de la région. Un blocus complet de la route 138 pourrait causer un tort important au projet de La Romaine. En conséquence, le premier ministre doit agir sans délai pour éviter que la situation déjà tendue devienne insoutenable pour les Nord-Côtiers », a conclu Lorraine Richard.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?