Expulsion de Mme Paola Ortiz : la ministre doit intervenir en personne
jeudi 22 septembre, 2011
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Drummond et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’immigration et de langue, Yves-François Blanchet, s’est dit surpris que la ministre de l’Immigration n’ait pas manifesté son intention d’intervenir personnellement dans le dossier de l’expulsion de Mme Paola Ortiz. « La ministre s’est dite préoccupée et a confié le mandat à ses fonctionnaires alors que nous sommes à 24 heures de l’expulsion de Mme Ortiz. C’est tout à fait insuffisant », a insisté Yves-François Blanchet.

Rappelons que le gouvernement du Canada refuse le statut de réfugiée à cette Québécoise originaire du Mexique, mariée à un Québécois et mère de deux enfants nés au Québec, occupant un emploi à Montréal, et ce, malgré les violences que lui a fait subir son ex-conjoint au Mexique.

L’opposition officielle, le gouvernement et le deuxième parti d’opposition ont exprimé leur accord, aujourd’hui, par le biais d’une motion sans préavis qui se lisait comme suit :

Que l'Assemblée nationale demande au gouvernement fédéral de surseoir au renvoi de madame Paola Ortiz jusqu'à ce qu'une décision finale soit prise sur sa demande de résidence permanente; Que l’Assemblée nationale souligne que le Québec a déjà émis un certificat de sélection au bénéfice de madame Paola Ortiz et qu’il est de l’intérêt de ses enfants qui sont citoyens canadiens qu’elle puisse attendre sereinement au Canada la décision finale.

Malheureusement, la députée de Crémazie, Lisette Lapointe, a refusé son consentement au dépôt de cette motion. « La volonté de l’Assemblée nationale nous apparaît néanmoins claire. Nous supposons que la ministre est déjà intervenue pour éviter l’expulsion de Mme Ortiz pour qui chaque minute compte », a conclu le député.