Exportation du pétrole - Le Parti Québécois rétablit les faits
jeudi 2 octobre, 2014
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Jonquière et porte-parole de l’opposition officielle en matière de développement durable et d’environnement, Sylvain Gaudreault, tient à réaffirmer que jamais le gouvernement du Parti Québécois n'a accepté que le Québec soit considéré comme une simple autoroute pour l'exportation du pétrole albertain sans que les Québécois n'en perçoivent des profits.

« Le débat sur le passage du pétrole de l’Ouest sur le territoire du Québec ne se réglera pas par l’émission d’un certificat d’autorisation. La décision n’est pas administrative : elle est politique. Il reviendra toujours aux Québécois de décider de ce qui passe sur leur territoire et à quoi ressemblera leur avenir environnemental et énergétique », a déclaré Sylvain Gaudreault.

Selon le député, le premier ministre tente de faire diversion, car lui a accepté le passage des superpétroliers sur le fleuve Saint-Laurent, alors même que la Colombie-Britannique et les États-Unis refusent.

« Le gouvernement libéral accepte sans broncher que le fleuve Saint-Laurent devienne une autoroute pour l’exportation du pétrole albertain. Philippe Couillard a même enfermé le Québec dans la Stratégie canadienne de l’énergie, sans avoir consulté les Québécois. La seule consultation qu’il a faite, c’est auprès de Stephen Harper », a ajouté Sylvain Gaudreault.

« À la lumière de l’information actuelle sur les enjeux de sécurité et de protection de l’environnement, un gouvernement du Parti Québécois aurait suspendu le certificat d’autorisation octroyé à la compagnie Kildair et convié les Québécois à un débat public sur notre avenir énergétique, ce que le gouvernement Couillard ne fait pas en acceptant sans condition le passage du pétrole albertain au Québec », a conclu Sylvain Gaudreault.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?