Exode des médecins vers le privé - « Les effets pervers des quotas imposés dans le projet de loi 20 se font déjà sentir » – Diane Lamarre
mercredi 6 mai, 2015
Facebook
Twitter

Québec – La députée de Taillon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé et d’accessibilité aux soins, Diane Lamarre, a exigé du ministre Gaétan Barrette qu’il retire les quotas du projet de loi 20, puisqu’on commence déjà à en sentir les effets pervers; notamment, on constate une augmentation de l’exode des médecins vers le privé.

« En imposant des quotas qui déshumanisent la pratique de la médecine et qui réduisent l’accès aux soins pour les patients, le ministre de la Santé a déjà réussi à engendrer un exode des médecins vers le privé. Il doit reconnaître qu’il s’est trompé et que le résultat va à l’encontre des besoins de la population. La proposition insensée du ministre ne respecte pas les médecins; ceux-ci souhaitent poursuivre une pratique humaine, où ils peuvent prendre le temps de rencontrer chaque patient sans avoir à sortir leur chronomètre ou leur calculatrice. Pourquoi le ministre s’entête-t-il à maintenir des quotas qui, on le voit, ont déjà un impact négatif sur le réseau de la santé et sur l’accès aux soins pour les patients? », a déclaré Diane Lamarre.

Les chiffres de la Régie de l’assurance maladie du Québec sont clairs : entre le 1er janvier et le 17 avril 2015, 28 médecins, dont 23 médecins de famille, se sont désaffiliés. C’est davantage, en trois mois, que la moyenne annuelle des 10 dernières années, qui s’établit à 24.

« Ce à quoi on assiste, depuis cinq mois, c’est à un exode des médecins. Ces départs affaiblissent le système de santé public québécois et sont directement causés par les quotas du ministre Barrette. Déjà, le Québec est un des rares endroits au monde où il y a moins de médecins de famille que de spécialistes. Le ministre voudrait favoriser la médecine privée qu’il ne s’y prendrait pas autrement. Si ce n’est pas son projet de loi, le problème, comment explique-t-il l’augmentation du nombre de médecins qui quittent le réseau public depuis cinq mois? Le ministre doit retirer les quotas de son projet de loi 20 », a conclu Diane Lamarre.