Exigences linguistiques à l’embauche: « Au Québec, c’est d’abord en français que ça doit se passer »
mercredi 12 février, 2020
Facebook
Twitter

Québec, le 12 février 2020 – Tel qu’il s’y était engagé lors du caucus présessionnel de l’aile parlementaire du Parti Québécois, le député de Matane-Matapédia, chef parlementaire et porte-parole du Parti Québécois en matière de langue française, Pascal Bérubé, a déposé aujourd’hui en Chambre le projet de loi no 591, Loi modifiant la Charte de la langue française afin de préciser dans quelles circonstances un employeur peut exiger pour l’accès à un emploi ou à un poste la connaissance d’une langue autre que la langue officielle.

EN BREF

  • Le Parti Québécois a déposé un projet de loi qui modifie la Charte de la langue française de façon à rendre exceptionnelle l’exigence de la connaissance de l’anglais à l’embauche; l’employeur devra dorénavant démontrer que cette connaissance est nécessaire.
  • Nous souhaitons que le ministre responsable de la Langue française donne rapidement son appui à cette proposition judicieuse et responsable.

« Le projet de loi que nous avons déposé ce matin apporte une solution à un problème qui prenait de plus en plus d’ampleur : l’exigence systématique de l’anglais à l’embauche. Il vise à modifier la Charte de la langue française afin de préciser dans quelles circonstances un employeur peut exiger la connaissance d’une langue autre que le français, la seule langue officielle au Québec », a déclaré d’emblée Pascal Bérubé.

En effet, le projet de loi prévoit que pour exiger une connaissance ou un niveau de connaissance spécifique d’une langue autre que le français, l’employeur doit démontrer deux choses : que la participation aux activités usuelles liées au poste, d’une part, et que l’accomplissement de la tâche, d’autre part, nécessitent une telle connaissance. « Certains employeurs avaient pris l’habitude d’exiger l’anglais, car sa connaissance pouvait être utile. Dorénavant, ils ne pourront le faire que si cette connaissance est essentielle, indispensable », a résumé le chef parlementaire du Parti Québécois.

« Lorsqu’il s’agit d’affirmer le droit des Québécois à travailler en français, lorsqu‘il est question de promouvoir notre langue commune et de renforcer la loi 101, le Parti Québécois répond toujours présent. Dans l’intérêt de tous les Québécois, nous invitons le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette, à appeler rapidement l’étude du projet de loi no 591 », a conclu Pascal Bérubé.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?