Étude des crédits budgétaires - Une autre vague de coupes et du recyclage d’annonces pour l’éducation
mardi 19 avril, 2016
Facebook
Twitter

Québec – Lors de l’étude des crédits budgétaires du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, la députée de Pointe-aux-Trembles, Nicole Léger, a fait la démonstration que le supposé réinvestissement en éducation annoncé par le gouvernement Couillard était, dans les faits, financé par une nouvelle vague de coupes dans le réseau ou encore par des enveloppes déjà annoncées par l’ancien ministre de l’Éducation, François Blais, en novembre 2015.

« Le ministre Sébastien Proulx ne cesse de dire qu’il injectera 109 M$ d’argent neuf dans le système d’éducation cette année. Malheureusement, en creusant un peu, on s’aperçoit que 39 M$ de ce supposé réinvestissement est financé par des mesures d’optimisation administratives, ce qui signifie, en langage non gouvernemental, que le réseau devra procéder à d’autres coupes. Quant aux 70 M$ qui restent, ils avaient déjà été annoncés par François Blais en novembre dernier. Bref, le budget déposé en mars ne comprenait en fait aucune nouvelle somme pour l’année 2016-2017 », a déclaré Nicole Léger.

La députée indique que ces nouvelles compressions de 39 M$ se traduiront par des coupes directes dans les services aux élèves. « Lors de l’étude des crédits, le ministre de l’Éducation a refusé de s’engager à ce qu’il n’y ait pas de nouvelles coupes dans les services aux élèves en 2016-2017. Or, on sait que les marges de manœuvre dans le réseau ont été épuisées par les compressions budgétaires des deux dernières années. Déjà, des centaines de postes de professionnels et de techniciens en éducation spécialisée ont été abolis au Québec, entre autres. Le ministre doit revenir à la raison. Le réseau nous l’a dit, il en a assez. Il n’a plus aucune marge et il ne pourra pas encaisser 39 M$ de nouvelles coupes. C’est la réussite de nos jeunes qui est en jeu », a ajouté Nicole Léger.