État du pont Champlain : l'insécurité des citoyens est créée par l'attitude des ministres Sam Hamad et Denis Lebel
mercredi 13 juillet, 2011
Facebook
Twitter

Montréal – Le député de Gouin et porte-parole de l'opposition officielle en matière de transports, Nicolas Girard, soupçonne le ministre des Transports du Québec, Sam Hamad, et son homologue fédéral, Denis Lebel, d’être de mèche et de vouloir sciemment cacher des informations pertinentes et essentielles sur l’état du pont Champlain en refusant de rendre publics les rapports d’inspection, sous prétexte que cela « insécuriserait » les citoyens.

« Sam Hamad a affirmé récemment que les Québécois ne comprendraient pas les rapports d’inspection du pont Mercier; hier, c’était au tour du ministre fédéral Denis Lebel de nous donner la même réponse pour le pont Champlain. Tous les deux font preuve de paternalisme et d’arrogance. Ils insultent l’intelligence des Québécois », a affirmé Nicolas Girard.

Le député de Gouin souligne qu’en juin dernier à l’Assemblée nationale, la députée libérale de La Pinière, Fatima Houda-Pepin, réclamait elle aussi la publication des rapports d’inspection. « Pourquoi Sam Hamad a-t-il choisi de jouer à la cachette avec Denis Lebel plutôt que de faire preuve de transparence et d’appuyer sa collègue députée qui souhaite, elle aussi, mettre fin à toutes les spéculations possibles sur l’état du pont Champlain en rendant publiques les études? », se questionne M. Girard.

Le Parti Québécois tient à rappeler que le gouvernement du Québec a assumé 40 % de la facture des études de faisabilité et que, dans un souci de transparence et d’imputabilité, le ministre des Transports doit les rendre publiques. « Le manque d’imputabilité au ministère des Transports du Québec était d’ailleurs un sévère reproche de la commission Johnson en 2007. Bien qu’il s’agisse d’une structure fédérale, le pont Champlain est emprunté très majoritairement par des Québécois. Le ministre Hamad devrait relire le rapport Johnson et donner l’heure juste », a ajouté le député Girard.

« Actuellement, c’est l’attitude des deux ministres des Transports qui crée cette insécurité malsaine. Ce qu’il faut craindre, c’est que le ministre Hamad joue le jeu politique du gouvernement fédéral qui tergiverse toujours pour la construction d’un nouveau pont à Montréal. Le rôle de Sam Hamad, ce n’est pas d’être le porte-parole de Denis Lebel, mais d’être le porte-parole des Québécois qui réclament un nouveau pont », a conclu le député de Gouin.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?