Éolien - Le gouvernement favorisera la production de composantes stratégiques au Québec
mercredi 13 novembre, 2013
Facebook
Twitter

Québec – La ministre des Ressources naturelles, Mme Martine Ouellet, annonce que le gouvernement du Québec a adopté le Règlement concernant un bloc de 450 MW d'énergie éolienne. Ce règlement fait suite à l'annonce du 10 mai dernier, où le gouvernement indiquait la poursuite du développement de la filière éolienne au Québec avec l'attribution de 800 MW pour de nouveaux projets. La ministre a indiqué que les conditions guidant l'attribution de ce bloc d'énergie éolienne favoriseront les projets impliquant la production de composantes stratégiques au Québec.

« Le gouvernement du Québec prend les décisions nécessaires pour renforcer l'industrie éolienne québécoise. En appuyant la fabrication de composantes stratégiques au Québec, nous créons des emplois de qualité dans les régions. C'est d'autant plus vrai que ces composantes stratégiques sont encore plus susceptibles d'être exportées que les composantes traditionnelles », a déclaré Martine Ouellet.

450 MW d'énergie éolienne

Pour concrétiser la volonté du gouvernement de poursuivre le développement éolien, un projet de règlement a été publié le 28 août dernier dans la Gazette officielle du Québec. Pour faire suite aux commentaires reçus, le gouvernement a édicté un règlement modifié.

Ainsi, dans le cadre de l'appel d'offres qui sera lancé par Hydro-Québec Distribution, 100 MW devront être livrés au plus tard le 1er décembre 2016 et 350 MW devront l'être au plus tard le 1er décembre 2017. Quant au prix de la fourniture d'électricité, il ne pourra pas excéder 9,0 ¢/kWh, excluant le coût de l'équilibrage.

Le règlement prévoit par ailleurs que tous les projets développés dans le cadre de cet appel d'offres devront comporter une participation du milieu local représentant 50 % ou plus du contrôle de ces projets.

Favoriser la fabrication des composantes stratégiques au Québec

Le gouvernement a aussi adopté, à l'intention de la Régie de l'énergie, un décret de préoccupations économiques, sociales et environnementales à l'égard du bloc d'énergie éolienne qui fera l'objet d'un appel d'offres. En résumé :

  • la grille de sélection des projets devra inclure une liste de composantes stratégiques auxquelles sera attribué un poids très significatif lors du processus de sélection;
  • 60 % des coûts globaux du parc éolien devront être réalisés au Québec;
  • au moins 35 % des dépenses devront être réalisées dans la MRC de la Matanie et dans la région administrative de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine;
  • tous les promoteurs des projets retenus devront verser, à la municipalité, à la municipalité régionale de comté ou à la communauté autochtone, la somme annuelle de 5 000 $ par mégawatt.

Le gouvernement veut favoriser les projets impliquant la production de composantes stratégiques dont la valeur ajoutée surpasse celle des pièces d'éoliennes actuellement usinées au Québec. Cela inclut les convertisseurs, les génératrices, les systèmes de contrôle, les systèmes de freinage ainsi que les multiplicateurs de vitesse.

Assurer la pérennité de l'industrie éolienne au Québec

Des 450 MW attribués par appel d'offres, 300 MW devront être issus de projets provenant des régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et 150 MW devront être issus de projets provenant de l'ensemble du Québec. En plus de ce bloc de 450 MW, un bloc de 150 MW est prévu pour un projet du regroupement Mi'gmawei Mawiomi, soit les trois communautés Mi'gmaqs de Listuguj, Gasgapegiag et Gaspeg. Enfin, un autre bloc de 200 MW sera réalisé par Hydro-Québec Production.

À l'occasion de cette annonce, le gouvernement du Québec réitère son engagement et son soutien à l'industrie manufacturière éolienne. Il rappelle sa volonté de proposer un horizon de développement clair jusqu'en 2025, année à partir de laquelle le renouvellement du parc actuel débutera.