Entente sur la prestation des services policiers à Opitciwan : Le ministre de la Sécurité publique et le chef du Conseil des Atikamekw d'Opitciwan annoncent la conclusion d'un accord de principe
vendredi 28 février, 2014
Facebook
Twitter

Québec – Le ministre de la Sécurité publique, M. Stéphane Bergeron, et le chef du Conseil des Atikamekw d'Opitciwan, M. Christian Awashish, annoncent que le ministère de la Sécurité publique et le Conseil des Atikamekw d'Opitciwan se sont entendus sur les principes d'un accord visant la prestation des services policiers dans la communauté d'Opitciwan. Le corps policier d'Opitciwan demeurera donc en fonction après le 31 mars 2014.

« Cet accord s'inscrit dans l'esprit d'ouverture et le respect mutuel que le gouvernement du Québec souhaite entretenir dans ses relations avec les Premières Nations et les Inuits. Dans ces négociations, les nations québécoise et atikamek partagent le même objectif qui est d'assurer la sécurité des citoyennes et citoyens. Il ne fait donc aucun doute qu'en travaillant ensemble, nous arriverons à des solutions durables », a déclaré le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron.

Au cours des dernières semaines, des discussions ont permis aux parties de s'entendre sur les principaux paramètres qui permettront à la Sécurité publique d'Opitciwan d'assurer la prestation des services policiers pour l'année financière 2014-2015. Dans le cadre de cet accord, un projet-pilote visant à favoriser l'efficacité du corps de police d'Opitciwan sera mis en place. Celui-ci inclut notamment le prêt d'un officier de la Sûreté du Québec à la communauté pour superviser, à titre de directeur intérimaire, les opérations du corps de police. Les modalités exactes de l'accord concernant Opitciwan ne seront toutefois pas révélées puisqu'elles devront être entérinées dans le cadre d'ententes formelles.

« Je suis heureux du dénouement positif de nos récents échanges avec le gouvernement du Québec, qui a fait preuve d'une ouverture très appréciée. Ce projet-pilote nous permettra de mieux répondre aux besoins de notre population, tout en permettant d'évaluer adéquatement le niveau de ressources nécessaires pour assurer des services policiers de qualité au sein de notre communauté », a quant à lui conclu le chef Awashish.

Rappelons que les ententes sur la prestation des services policiers dans les communautés autochtones du Québec sont financées à 52 % par le gouvernement du Canada et à 48 % par le gouvernement du Québec.