Enquête de la CCQ : le Parti Québécois persiste et signe, une commission d'enquête sur l'industrie de la construction est plus que jamais nécessaire
lundi 27 juin, 2011
Facebook
Twitter

Québec – À la lumière de ce qui est révélé dans le journal La Presse de ce matin, le député de Verchères et porte-parole de l’opposition officielle en matière de sécurité publique, Stéphane Bergeron, réitère la demande faite par le Parti Québécois depuis maintenant près de deux ans de tenir une commission d’enquête publique et indépendante sur l’industrie de la construction au Québec.

« Depuis septembre 2009, nous tentons de faire entendre raison à Jean Charest et à son gouvernement. Ils font la sourde oreille et depuis, les problèmes se multiplient. Comme le titre le journal ce matin, il s’agit de plus que de simples rumeurs. Les employeurs et employés du secteur de la construction se montrent tout aussi préoccupés que le reste de la population relativement aux allégations de collusion et de corruption dans le secteur dans lequel ils oeuvrent. On ne parle plus ici de spéculation comme le laisse entendre le premier ministre depuis deux ans, mais de faits avérés! », a affirmé le député de Verchères.

« Les escouades mises sur pied afin de contrer la corruption ne donnent que très peu de résultats. L’escouade Marteau et l’UPAC donnent des résultats qui ne sont clairement pas à la hauteur des problèmes dont nous avons fait état. Quelques petites arrestations n’enrayeront pas le problème. Nous avons affaire à un système organisé bien huilé et nous devons prendre les grands moyens afin que cela cesse », a ajouté Stéphane Bergeron.

« À titre d’exemple de situation qui doit cesser, les entreprises Constructions Louisbourg Ltée et Simard-Beaudry Construction inc., propriétés de Tony Accurso, conservent leur permis de la Régie du bâtiment du Québec et obtiennent encore des contrats du gouvernement comme si de rien était, plus de six mois après que M. Accurso ait plaidé coupable à des accusations de fraudes fiscales. C’est aberrant! », a ajouté le député.

« Il est clair que les gestes posés depuis le début de la crise dans l’industrie de la construction ne suffisent pas. Il est d’une absolue nécessité que Jean Charest entende enfin raison et qu’il mette sur pied sans attendre une commission d’enquête publique et indépendante sur l’industrie de la construction », a conclu Stéphane Bergeron.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?