Enlèvement de jeunes filles nigérianes - Carole Poirier déposera une motion à l’Assemblée nationale
mardi 13 mai, 2014
Facebook
Twitter

Québec – La députée d'Hochelaga-Maisonneuve et porte-parole de l’opposition officielle en matière de condition féminine et de relations internationales, Carole Poirier, déposera dès la rentrée parlementaire une motion dénonçant l'enlèvement de jeunes filles nigérianes par Boko Haram, un groupe terroriste qui rejette l'accès à l'éducation pour les jeunes filles et provoque la terreur dans les villages au Nigeria. « Il faut mettre fin à la violence faite aux jeunes filles qui souhaitent avoir accès à l'éducation afin d'améliorer leur situation », a-t-elle déclaré.

Rappelons qu’en janvier dernier, lors d’une rencontre s’étant tenue en vue de l’événement Beijing+20 – qui soulignera, en 2015, le 20e anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing –, les femmes parlementaires membres des réseaux de la Francophonie, des Amériques et du Commonwealth ainsi que de la National Conference of State Legislatures ont adopté la Déclaration de Québec. Celle-ci affirme notamment :

15. EXHORTONS les parlements et les gouvernements du monde à :

  • lutter contre la violence sexuelle et la violence de genre lors des conflits et des désastres;
  • lutter contre la violence à l’égard des femmes résultant de pratiques coutumières ou traditionnelles nocives;
  • adopter des lois contre la traite des femmes et les violences faites aux femmes;
  • prendre des mesures d’urgence pour améliorer la prévention, la protection et la réponse face aux violences faites aux femmes;
  • mettre fin à l’impunité pour les auteurs;
  • assurer l’accès à la justice pour les victimes;
  • sensibiliser leur population sur le sujet.

« Encore aujourd’hui et trop souvent, dans le cadre de conflits, on utilise la violence faite aux femmes comme arme de guerre, a également mentionné la députée d'Hochelaga-Maisonneuve. Je réclame, au nom des membres du Parti Québécois, que l'Assemblée nationale dénonce cette violence et demande à la Mission permanente du Canada auprès des Nations Unies d'exiger que la Communauté internationale agisse afin de mettre un terme à la violence faite aux femmes au Nigeria. »