Encore un coup dur pour les familles, qui paient pour les mauvaises décisions libérales
vendredi 18 juillet, 2014
Facebook
Twitter

Québec, le 18 juillet 2014 – La députée d'Hochelaga-Maisonneuve et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’habitation, Carole Poirier, dénonce les coupes libérales irresponsables au programme Rénovation Québec (PRQ) qui forcent les villes, Montréal et Trois-Rivières, entre autres, à suspendre leurs subventions pour l’accès à la propriété et l’aide à la rénovation de domicile, des mesures qui bénéficiaient principalement aux familles.

Le gouvernement libéral a pris la mauvaise décision de cesser de contribuer au PRQ de la Société d’habitation du Québec (SHQ). Le PRQ, en vigueur depuis 2002, permettait de subventionner les municipalités afin qu’elles mettent sur pied d’importants programmes d’accès à la propriété et d’aide à la rénovation de domicile, qui étaient financés à 50 % par le gouvernement et à 50 % par les villes. Montréal et Trois-Rivières, comme plusieurs autres villes, bénéficiaient du PRQ, ce qui leur avait permis de créer plusieurs programmes aujourd’hui suspendus.

Comme ce fut le cas pour les coupes au Programme d’adaptation de domicile et au programme RénoVillage, que le Parti Québécois a dénoncées, le ministre Moreau a avoué, lors de l’étude des crédits, n’avoir réalisé aucune étude d’impact préalable.

« C’est une décision absurde et incohérente. En plus de pénaliser encore une fois les familles, le gouvernement libéral fait fausse route en prétendant économiser en coupant dans ce programme. Toutes les études sur les impacts socioéconomiques des activités de la SHQ démontrent clairement que l’aide publique en matière d’habitation est un investissement et non une dépense. Pour chaque dollar versé par la SHQ à titre de subvention, 2,30 $ sont injectés dans l’économie québécoise. Pour un gouvernement qui prétend vouloir créer de la richesse, c’est bien là la démonstration de son manque de vision et de cohérence », a déclaré Carole Poirier.

Des mesures pour les familles : une priorité pour le Parti Québécois Rappelons que le gouvernement du Parti Québécois avait fait de la rétention des jeunes familles sur l’île de Montréal une priorité pour la région métropolitaine. En septembre 2013, il a rendu public le rapport d’étape du Comité de pilotage MONTRÉAL = FAMILLES. Lors de la campagne électorale, le Parti Québécois s’était également engagé à en suivre les recommandations et à agir concrètement sur les deux principales embûches à la rétention des familles : le coût des habitations et la disponibilité d’unités répondant à leurs besoins. La bonification des programmes de la SHQ faisait d’ailleurs partie des mesures concrètes figurant dans les recommandations du rapport.

Le gouvernement du Parti Québécois prévoyait aussi doter le Québec d’une politique nationale sur l'habitation afin d’accroître la cohérence des interventions de l'État, de favoriser la coordination des actions, en plus de permettre le développement durable de l'habitation.

« L’inconséquence du gouvernement libéral en matière d’habitation prouve la nécessité de mettre en œuvre une stratégie globale et coordonnée. Je demande au ministre Moreau de revenir sur ses décisions concernant les programmes de la SHQ et de poursuivre les actions du Parti Québécois. Il doit présenter rapidement une politique nationale sur l’habitation et proposer des interventions harmonieuses et étudiées plutôt que d’imposer des coupes n’ayant fait l’objet d’aucune analyse », a conclu la députée.