Élections partielles du 5 décembre - La santé au cœur des priorités du Parti Québécois
mercredi 16 novembre, 2016
Facebook
Twitter

Québec – Profitant de la présence de la candidate et des candidats du Parti Québécois au caucus des députés de la formation politique, le chef du Parti Québécois, Jean-François Lisée, a tenu à rappeler qu’ils ont des solutions concrètes à proposer pour améliorer les soins et les services de santé.

« Le gouvernement libéral a coupé près de un milliard de dollars dans les soins de santé, ce qui a eu des impacts concrets sur les patients, les aînés, les personnes vulnérables, et ce, dans toutes les régions du Québec. Puis, pendant qu’il réduisait au maximum les dépenses, le gouvernement laissait se produire un dérapage inacceptable dans la rémunération des médecins, à un point tel que leur salaire a dépassé la moyenne canadienne. En effet, on a consenti 3 milliards de dollars à ces 20 000 personnes parmi les mieux nanties du Québec. Cette somme aurait dû être investie dans les services aux patients, services qui ont été sévèrement réduits en raison des politiques d’austérité libérales. Il est plus que temps d’inverser la tendance, de geler la rémunération des médecins afin de réinvestir les sommes dégagées dans les soins et services en santé. Nos candidats prônent des solutions concrètes pour inverser ce mouvement; ils plaident pour un réseau proche des gens », a déclaré Jean-François Lisée.

Dans Arthabaska, par exemple, les dossiers du CLSC de l’Érable et de l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska préoccupent particulièrement le candidat Jacques Daigle. « Pour moi, il est primordial de rétablir une offre de soins adéquate au CLSC de L’Érable. Quant à l’urgence de l’Hôtel-Dieu d’Arthabaska, il ne faut pas s’arrêter aux promesses électorales; nous devons nous assurer que la première pelletée de terre soit faite avant 2018 », a-t-il insisté.

Dans Marie-Victorin, la candidate Catherine Fournier a réitéré son engagement en faveur de l’instauration d’une clinique de superinfirmières dans le quartier Saint-Robert, à Longueuil. « On doit augmenter l’accès et la proximité des soins de santé. Les superinfirmières peuvent dispenser une foule de soins et contribuer à désengorger l’urgence des hôpitaux Charles-Le Moyne et Pierre-Boucher. Une clinique de superinfirmières dans le quartier Saint-Robert, c’est plus de services de santé pour l’ensemble des familles et des aînés de Longueuil », a-t-elle résumé.

Marc Bourcier, candidat dans Saint-Jérôme, propose quant à lui d’améliorer l’utilisation des infrastructures existantes afin de désengorger l’urgence de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme. « En transformant le Centre d’hébergement Youville en unité de débordement pour l’urgence, et en y ajoutant des superinfirmières, nous pouvons rapidement contribuer à réduire les temps d’attente à l’urgence. Voilà une solution efficace et rapidement applicable pour aider les Jérômiennes et les Jérômiens », estime-t-il.

Enfin, pour Richard Langlais, candidat dans Verdun, la solution passe par un meilleur accès aux soins de santé. « Il faut améliorer l’accès aux soins de santé de proximité, notamment pour les 5000 résidents de l’Île-des-Sœurs qui viennent de perdre leur médecin de famille. Dans Verdun, il faut par ailleurs réaliser l’agrandissement de l’Hôpital de Verdun; ainsi, les patients auront accès à des soins et les libéraux ne pourront pas faire une énième campagne électorale sur le sujet, en 2018. »

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?