École des pêches et de l'aquaculture du Québec - Le gouvernement du Québec annonce la création d'un Comité interministériel
jeudi 30 mai, 2013
Facebook
Twitter

QUébec – Le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, M. Pierre Duchesne, le vice-premier ministre et ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, M. François Gendron, et le ministre délégué aux Régions et ministre responsable de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, M. Gaétan Lelièvre, annoncent la création d'un Comité interministériel pour la relance de l'École des pêches et de l'aquaculture du Québec (ÉPAQ), située à Grande-Rivière, en Gaspésie.

Cette décision s'inscrit dans la foulée de la Stratégie d'intervention gouvernementale pour le développement de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine dévoilée en mai dernier. Ce plan d'intervention a pour but de soutenir le développement économique de la région en mettant en valeur ses multiples ressources.

Pour le ministre Pierre Duchesne, les enjeux autour de l'École des pêches et de l'aquaculture du Québec dépassent largement la péninsule gaspésienne : « Cette institution est d'envergure nationale et c'est autour d'elle que doit se développer l'avenir de l'industrie de la pêche maritime québécoise. Notre gouvernement est déterminé à en assurer la pérennité. Le Comité interministériel aura notamment comme objectifs d'identifier les enjeux et les défis de l'ÉPAQ et d'examiner ses perspectives de développement. »

L'ÉPAQ abrite des locaux dotés d'équipements technologiques de pointe : des ateliers de navigation, d'engins de pêche et de mécanique marine, des laboratoires de biochimie, une usine de transformation du poisson et, de plus, un laboratoire et une serre d'aquaculture où l'on élève des mollusques, des poissons et des crustacés. Entre les mains d'experts, les élèves reçoivent une formation pratique et adaptée à la réalité du milieu maritime.

Le ministre Gaétan Lelièvre s'est réjoui de cette annonce pour sa région et pour le Québec tout entier : « Il est maintenant clair que notre gouvernement prendra tous les moyens pour assurer la relance de l'École des pêches et de l'aquaculture du Québec, une institution vitale pour les Gaspésiens et pour toute l'industrie de la pêche maritime du Québec. »

« La pêche maritime est un important volet de l'activité économique de l'Est du Québec. Je suis convaincu que l'École des pêches et de l'aquaculture du Québec peut et doit devenir un important pôle de développement de la ressource halieutique. Il faut lui donner les moyens nécessaires pour devenir un atout pour nos pêcheurs », de conclure le vice-premier ministre, François Gendron.

À propos du Comité interministériel

Le mandat du Comité interministériel est de proposer des solutions créatives afin de déterminer de quelle façon l'École peut contribuer au développement régional et être en synergie avec l'industrie de la pêche et de l'aquaculture.

Il sera composé des ministères et organismes suivants : le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie (MESRST), le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS), le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale (MESS), le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire (MAMROT- Secteur Régions), le ministère du Conseil exécutif (Secrétariat du Comité ministériel de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine) et la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT).

Les travaux du Comité, qui seront sous la responsabilité du MESRST, débuteront dès juin 2013. La remise du rapport final est prévue pour octobre 2013.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?