Dossier de L'Hôtel-Dieu de Québec - Le gouvernement arrête son choix sur le site de l'Hôpital de L'Enfant-Jésus
jeudi 26 septembre, 2013
Facebook
Twitter

Québec – Le ministre de la Santé et des Services sociaux et ministre responsable des Aînés, le docteur Réjean Hébert, accompagné de la députée de Taschereau et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Agnès Maltais, a annoncé aujourd'hui que le site de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus a été retenu pour y établir un nouveau complexe hospitalier réunissant sous un même toit une gamme très étendue de services spécialisés. Il s'agit d'un investissement pouvant atteindre 1,7 milliard de dollars. M. Hébert confirme également le maintien d'une mission hospitalière pour L'Hôtel-Dieu dans le Vieux-Québec.

Le ministre a procédé à cette annonce après avoir analysé attentivement l'étude soumise par la Société immobilière du Québec (SIQ) et au terme d'une série de rencontres avec plusieurs intervenants du milieu, tant ceux favorables au maintien de L'Hôtel-Dieu sur son emplacement actuel que ceux prônant un déménagement sur le site de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus.

« Nous avons soigneusement soupesé les avantages et inconvénients de chacune des options. La décision que nous rendons aujourd'hui, c'est d'abord et avant tout une décision prise pour assurer des services de santé optimaux à la population de la Capitale-Nationale et de l'Est-du-Québec. Le projet retenu a l'avantage de regrouper une masse critique importante de médecins spécialistes et d'autres professionnels spécialisés qui pourront travailler en synergie et en complémentarité. Il permettra aussi d'ajouter des chambres privées, de construire un centre de radio-oncologie entièrement neuf et une nouvelle hôtellerie hospitalière ainsi que de réaliser le pavillon des neurosciences planifié depuis quelques années. Ce sont autant de bénéfices importants aussi bien pour les patients que pour les professionnels de la santé. De plus, ce choix témoigne d'une véritable vision à long terme, car le site offre des possibilités d'expansion pour répondre aux besoins futurs », a déclaré le ministre de la Santé et des Services sociaux.

Le gouvernement respecte les trois balises qu'il s'était fixées dont la première était d'assurer des bénéfices majeurs pour la population. « L'investissement, en regard de ces bénéfices, est à un niveau acceptable, notamment en raison des efforts d'optimisation qui seront déployés. Enfin, à la lumière des nombreuses rencontres et consultations menées au cours des derniers mois, le projet rallie une majorité d'acteurs concernés », a ajouté le ministre Hébert.

Au terme des travaux, le nouveau complexe hospitalier sur le site de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus comportera environ 760 lits, une trentaine de salles d'opération et une urgence comptant un nombre accru de civières. Les nouveaux locaux seront disponibles par étapes entre 2019 et 2025. En particulier, le centre de radio-oncologie pourra être inauguré dès 2019, soit à la même date que celui qui était envisagé dans le Vieux-Québec.

Le ministre a demandé à l'Agence de la santé et des services sociaux et au CHU de Québec d'optimiser le projet, de manière à respecter un plafond de 1,7 milliard de dollars pour le budget d'immobilisation et d'équipement, et de le rendre plus fonctionnel en examinant, par exemple, la possibilité de construire en hauteur. Il faut souligner que les nouvelles installations projetées sont de plus grande envergure que celles proposées dans le scénario de l'agrandissement de L'Hôtel-Dieu, car elles incluent la réalisation du pavillon des neurosciences, la construction d'un centre de radio-oncologie qui comptera au moins 14 appareils de traitement, soit 7 de plus qu'actuellement, et la création d'un tout nouveau centre de recherche à la fine pointe de la technologie.

Les équipes et les patients pourront compter sur des infrastructures neuves et encore plus fonctionnelles. Elles seront facilement accessibles par leur proximité avec des axes routiers importants et par l'ajout de 1 266 places de stationnement pour un total de 2 600.

Maintien de la vocation hospitalière de L'Hôtel-Dieu de Québec

Comme le souhaitait le Comité directeur pour le projet de réutilisation des locaux actuels de L'Hôtel-Dieu de Québec, L'Hôtel-Dieu de Québec conservera son urgence, ouverte 24 heures par jour et sept jours par semaine, avec un plateau technique incluant un service de radiologie et un laboratoire. Les services de première ligne seront accessibles, notamment grâce à la présence d'une unité de médecine familiale. L'hôpital compterait aussi 60 lits de convalescence et postopératoires, 10 lits de soins palliatifs, 30 lits en unité transitoire de réadaptation fonctionnelle et 50 lits destinés à des adultes présentant une déficience physique entraînant une lourde perte d'autonomie.

À cette vocation hospitalière s'ajouteraient le rapatriement de nombreuses équipes actives en santé publique ou en santé des populations, ainsi que celui de personnel administratif du réseau de la santé. De façon préliminaire, on estime à 1 500 le nombre de personnes qui travailleront dans les bâtiments maintenus et utilisés pour la mission santé.

La ministre Agnès Maltais a déclaré : « J'accueille avec satisfaction la décision rendue aujourd'hui parce qu'elle répond aux préoccupations que j'avais énoncées récemment, soit l'importance de soutenir la vitalité du Vieux-Québec et de conserver la mission santé de l'établissement. Le projet présenté a également l'avantage de limiter les perturbations liées à des travaux majeurs de construction, évitant, d'une part, de troubler la quiétude des patients de l'établissement et contribuant, d'autre part, à préserver la qualité de vie des résidents de ce lieu touristique de renommée internationale. »

Le ministre Maka Kotto a fait savoir : « Depuis près de quatre siècles, la mission hospitalière est indissociable de l'identité même du Vieux-Québec, lequel est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO. Nous tenions à ce que tout projet de développement des installations hospitalières actuelles de la capitale se fasse dans la continuité et dans le respect de ce remarquable patrimoine social et culturel, pour lequel nous sommes redevables à la communauté des Sœurs Augustines. »

Le projet concernant l'utilisation future de l'actuel Hôtel-Dieu fera l'objet d'une consultation auprès des instances concernées de manière à en maximiser les retombées en matière de développement économique, résidentiel et urbain, ainsi que de mise en valeur du patrimoine.

La SIQ évalue le coût net de la rénovation des installations à 232,6 millions de dollars, compte tenu du fait que certains bâtiments excédentaires pourront être mis en vente, notamment pour permettre leur transformation en habitations, et que d'autres locaux pourront être loués.

« Dès maintenant, nous lançons les démarches nécessaires à la mise en œuvre de ce grand complexe hospitalier sur le site de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus. Les conditions sont réunies pour que la région de la Capitale-Nationale et le CHU de Québec se démarquent encore plus dans les champs des soins, de l'enseignement et de la recherche en santé », a conclu le ministre Hébert.

Le rapport d'analyse de la SIQ sur les deux scénarios envisagés et le rapport de l'Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale sur le projet de réutilisation des locaux actuels de L'Hôtel-Dieu de Québec sont disponibles sur le site Internet du ministère de la Santé et des Services sociaux : www.msss.gouv.qc.ca/presse

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?