Données linguistiques manipulées : un faux-pas de trop de la ministre St-Pierre
jeudi 5 juillet, 2012
Facebook
Twitter

Québec – « Je pense que cette fois, c'est trop! La ministre St-Pierre utilise le Conseil supérieur de la langue française (CSLF), un organisme chargé d'étudier l'état du français au Québec, à des fins partisanes et est responsable d'une dérive grave dans la manipulation d'informations et la publication de statistiques erronées. L'avis du CSLF sur la langue d'enseignement au cégep publié en mars 2011 a été corrompu par des chiffres qui ne reflétaient pas la réalité. C'est comme si l'État québécois se mentait à lui-même! », a déclaré aujourd'hui le député de Drummond et porte-parole de l'opposition officielle en matière de langue, Yves-François Blanchet.

Dans cet avis, le CSLF faisait état d'une hausse significative des nouveaux inscrits allophones au cégep en français. On passait ainsi de 51,7 % en 2007 à 64,2 % en 2009, selon des données colligées par la Direction générale des affaires universitaires et collégiales et la Direction de l'enseignement collégial et fournies par la Direction de la recherche, des statistiques et de l'information du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS). Or, ce ministère vient de publier de nouveaux chiffres qui démontrent que le nombre d'allophones fréquentant le cégep en français s'établissait à 51,3 % en 2009 et à 53 % en 2010 (données provisoires pour 2010), soit une différence de 12 % pour la même année 2009.

« On est bien loin des 64 % annoncés l'an dernier. Une erreur aurait déjà été grave, mais ici, c'est pire : on a manipulé les chiffres pour leur faire dire ce qu'ils ne disent pas. Pourquoi le MELS a-t-il communiqué des chiffres inexacts au CSLF et pourquoi celui-ci a-t-il publié un avis sur des données qu'il a reçues à peine quelques jours avant de le publier en mars 2011, sans demander la moindre contre-vérification? Rappelons également que cet avis avait été publié quelques jours avant le congrès du Parti Québécois qui devait débattre de la proposition du cégep en français… Le hasard s'acharne encore sur la famille libérale, sans doute! », a ajouté Yves-François Blanchet.

« La ministre est responsable d'une faute grave. Je ne crois pas qu'elle-même, le CSLF ou même le MELS soient habilités à être juge et partie en enquêtant eux-mêmes sur cette affaire. La ministre St-Pierre n'est plus digne de confiance. Il est du devoir du premier ministre d'intervenir personnellement alors que se tient à Québec le Forum mondial de la langue française où il s'est prétendu grand défenseur de la langue et de la loi 101. C'est indigne. La langue française n'est pas un vulgaire accessoire électoral dans le petit arsenal partisan du Parti libéral », a conclu le député de Drummond.

Bienvenue sur le site du Parti Québécois!

Une de nos propositions pourrait vous intéresser.

Vous voulez en savoir plus?