Des mécanismes efficaces doivent être mis en place pour contrer l’intimidation et la violence en milieu scolaire
mardi 1 mai, 2018
Facebook
Twitter

Québec, le 1er mai 2018 – La porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, d’accessibilité aux soins et de soutien à domicile, Diane Lamarre, ainsi que la porte-parole en matière de persévérance scolaire et d’éducation primaire et secondaire, Carole Poirier, ont confirmé l’appui du Parti Québécois au Manifeste des enfants et jeunes contre l’intimidation et la violence dans le milieu scolaire au Québec. Une pétition en ce sens, parrainée par Diane Lamarre, a d’ailleurs été déposée en Chambre aujourd’hui. Les quatre instigatrices de cette pétition – Nancy Woods, Véronique Perrault, Christine Gingras et Sonia Grenon –, ainsi que Nancy Gagnon, coordonnatrice au Regroupement des organismes ESPACE du Québec, et de nombreux signataires du Manifeste accompagnaient les députées lors d’une activité de presse.

 

 

EN BREF

  • Le Parti Québécois appuie le Manifeste des enfants et jeunes contre l’intimidation et la violence dans le milieu scolaire au Québec.
  • Le gouvernement doit aller plus loin que les bonnes intentions et mettre en place des mécanismes réellement efficaces pour soutenir les jeunes, souvent impuissants devant ces phénomènes délétères pouvant affecter lourdement leur avenir.
  • La loi et les moyens actuels n’ont pas assez de dents; les élèves victimes d’intimidation ne se sentent pas suffisamment écoutés ni adéquatement protégés.
     

 

« C’est un honneur pour moi de déposer cette pétition. Il est temps de considérer l’intimidation à l’école pour ce qu’elle est vraiment : un problème majeur qui a des impacts à long terme sur la santé et le bien‑être des jeunes qui la subissent. Nous joignons donc la voix du Parti Québécois à celle de personnalités et d’organisations de tous les horizons qui demandent au gouvernement d’agir – la Fondation du Dr Julien, la Fondation Jasmin Roy, l’organisme Ensemble pour le respect de la diversité, l’auteur jeunesse Louis Émond, la Ville de Saint-Bruno, l’Association des retraitées et des retraités de l’éducation et des autres services publics du Québec et le Syndicat de Champlain, pour ne nommer que celles-là », a énuméré Diane Lamarre.

 

« L’intimidation et la violence détruisent des vies. Au public, au privé, où qu’ils soient, les enfants ont droit à la sécurité et à la dignité. C’est, notamment, ce que réclame le Manifeste. Il plaide également en faveur de la tenue régulière d’ateliers de sensibilisation dans les écoles, pour les jeunes comme pour les adultes, ainsi que d’une réelle responsabilisation des agresseurs. Pour fonctionner, toutefois, ces actions doivent être chapeautées par le gouvernement; car la seule façon de venir à bout de l’intimidation et de la violence en milieu scolaire, c’est de s’y attaquer tous ensemble, collectivement. D’en faire une "affaire d’État" », a ajouté Carole Poirier.

 

Vous trouverez le Manifeste au bout du lien suivant : Manifeste des enfants et jeunes contre l'intimidation et la violence dans le milieu scolaire au Québec