Démolition de la maison Casimir Dessaulles à Saint-Hyacinthe : la ministre Christine St-Pierre doit en prendre la responsabilité
vendredi 8 juillet, 2011
Facebook
Twitter

Québec – Le Parti Québécois blâme la ministre de la Culture et des Communications, Christine St-Pierre, qui n’a rien fait pour empêcher la démolition, lundi dernier, de la maison Casimir Dessaulles à Saint-Hyacinthe, un joyau patrimonial construit vers 1850.

« Les murs de cette maison étaient remplis de mémoire qui a façonné l’histoire du Québec. Sa disparition laisse un grand vide au cœur de Saint-Hyacinthe. Malgré l’incendie, elle était récupérable. Il est consternant que le gouvernement libéral et particulièrement la ministre Christine St-Pierre n’aient rien fait pour la sauvegarder, malgré les demandes répétées formulées en ce sens », a déclaré le député de Saint-Hyacinthe, Émilien Pelletier.

La maison Casimir Dessaulles a été la résidence de Georges-Casimir Dessaulles, député, homme d’affaires et maire de Saint-Hyacinthe pendant plus de 25 ans et neveu de Louis-Joseph Papineau. Ce fut aussi la résidence de sa fille, Henriette Dessaulles, connue sous le pseudonyme de Fadette, première femme journaliste au Québec. Elle a écrit dans Le Devoir à partir de 1910, le quotidien fondé par son cousin, Henri Bourassa. C’est dans cette maison que Henriette Dessaulles a rédigé son journal, reconnu mondialement comme un chef-d’œuvre de la littérature féminine. Sur le plan architectural, cette maison était dotée d’attraits particulièrement distinctifs, notamment son escalier intérieur en brique de forme hélicoïdale, une construction impressionnante et probablement très rare, pour ne pas dire unique.

Projet de loi 82 sur le patrimoine culturel : un leurre?

Le député de Drummond et porte-parole de l’opposition officielle en matière de culture et de communications, Yves-François Blanchet, trouve par ailleurs ironique que l’indifférence de la ministre St-Pierre aux démarches de son collègue et de la communauté de Saint-Hyacinthe se soit manifestée au même moment où les parlementaires procèdent à l’étude du projet de loi 82 sur le patrimoine culturel. « Maintenant qu’on sait que la ministre St-Pierre n’a rien fait pour protéger ce trésor patrimonial, comment peut-on avaler toutes les belles paroles qu’elle a prononcées lors de l’étude du projet de loi 82? Elle vient de rater une occasion de démontrer sa sensibilité pour le patrimoine québécois », a ajouté le député de Drummond.

« La ministre nous reproche de ne pas laisser passer bêtement la version actuelle de son projet de loi. Or, elle ne fait même pas usage des pouvoirs que la loi actuelle lui donne pour préserver des trésors comme la maison Casimir Dessaulles. Elle laisse le champ libre à ceux et celles qui veulent démolir notre patrimoine et nous craignons que la nouvelle loi ne soit pas un outil suffisant pour qu’il en soit autrement puisqu’un des risques du projet de loi 82 est justement qu’il transfère des responsabilités aux municipalités, mais sans ressources financières ou l’expertise pour s’en acquitter adéquatement. Pendant ce temps, les Québécois assistent à la perte de bien culturels inestimables », a conclu le député Yves-François Blanchet.