Démantèlement de la raffinerie Shell de Montréal-Est : Nathalie Normandeau a menti
lundi 27 juin, 2011
Facebook
Twitter

Montréal – La députée de Pointe-aux-Trembles et porte-parole de l’opposition officielle pour la métropole, Nicole Léger, a dénoncé avec vigueur l’émission du permis de démantèlement de la raffinerie Shell de Montréal-Est par la ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Nathalie Normandeau.

« Après avoir fait travailler les parlementaires pendant des mois, après avoir tenu un mandat d’initiative à l’Assemblée nationale, après avoir promis qu’elle ne démantèlerait pas la raffinerie Shell avant que le rapport de la commission ne soit déposé, ce qui n’est pas fait, la ministre brise son engagement et envoie une lettre ordonnant le démantèlement. Je suis furieuse! », a affirmé la députée de Pointe-aux-Trembles.

« Comment peut-on être aussi méprisant du travail des parlementaires?, s’est interrogée Nicole Léger. Au cours des derniers mois, les membres de la Commission de l’agriculture, des pêcheries, de l’énergie et des ressources naturelles ont entendu plusieurs intervenants, dont les directions des trois raffineries québécoises, et les discussions avaient permis d’en arriver à un compromis sur les constats et les recommandations à transmettre au gouvernement et le tout s’était fait de manière consensuelle, jusqu'à ce que les libéraux fassent tout échouer à la suite de leur volte-face, manipulés par la ministre », expliquait la députée dans un communiqué émis il y a dix jours.

La députée de Pointe-aux-Trembles a également déploré la mollesse des conditions d’émission du permis : « La ministre demande à Shell de l’informer de toute difficulté à approvisionner le Québec en produits pétroliers, mais que pourra-t-elle faire lorsque ces difficultés surviendront? Il sera trop tard, car la raffinerie sera déjà démantelée! Alors que le Québec doit tendre vers son indépendance énergétique, la ministre préfère l’affaiblir en autorisant la diminution de la capacité de raffinage québécoise, alors que la demande est déjà plus grande que l’offre ».

Nicole Léger rappelle que la fermeture de la raffinerie Shell représente un manque à gagner de 240 millions de dollars en retombées économiques pour l’économie québécoise. « Le gouvernement ne pense qu’au Plan Nord et oublie de consolider ce qui est déjà ici dans l’est de Montréal, là où il y a des travailleurs, des familles, des entreprises et du développement économique à faire. Nathalie Normandeau doit tout au moins soutenir financièrement et logistiquement, et ce, dès maintenant, le comité de relance de l’est de Montréal si elle a à cœur l’avenir de la métropole », a conclu la députée de Pointe-aux-Trembles.