Dédoublement des rapports d'impôt : les libéraux refusent une économie de 800 millions $
jeudi 21 avril, 2011
Facebook
Twitter

Québec – Le député de Nicolet-Yamaska et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’économie, d’institutions financières et de commerce international, Jean-Martin Aussant, déplore le refus du gouvernement libéral d’économiser annuellement plus de 800 millions de dollars en instaurant un seul rapport d’impôt au Québec.

« Nous sommes les seuls au Canada à devoir produire deux déclarations par année. Ce dédoublement de structures coûte des centaines de millions par année aux contribuables et aux entreprises de chez nous, sans compter le fardeau administratif additionnel pour l’économie québécoise par rapport à ses voisins », a déclaré Jean-Martin Aussant.

À l’Assemblée nationale ce matin, le député de Nicolet-Yamaska a vivement dénoncé le fait que le gouvernement libéral fasse la sourde oreille à cette proposition d’alléger une structure aussi coûteuse pour les Québécois. Le ministre Raymond Bachand préfère augmenter les taxes, les tarifs et les frais de scolarité, tout en imposant une franchise santé et en jonglant avec l’idée d’imposer un ticket modérateur dans les hôpitaux. « Le gouvernement libéral ne veut pas admettre qu’on pourrait trouver 800 millions de dollars d’économies avec un seul rapport d’impôt au lieu de deux. Ce n’est pas banal : 800 millions de dollars de plus dans les services publics sans piger un sou dans la poche des contribuables », a-t-il ajouté.

Un seul rapport d’impôt : le gros bon sens

L’entêtement coûteux du gouvernement libéral est d’autant plus inexplicable qu’une grande majorité de la population préfèrerait n’avoir qu’un seul rapport d’impôt au lieu de deux. Par ailleurs, M. Aussant souligne qu’en percevant la TPS au nom du gouvernement fédéral, il s’agit là d’un précédent très éloquent. « Ça démontre l’efficacité d’un système unifié de perception. Il est également curieux que le ministre Bachand soutienne qu’un rapport d’impôt unique créerait une chicane avec Ottawa : c’est Robert Bourassa qui avait imposé le Québec comme percepteur de la taxe fédérale! C’est un geste d’efficacité et de gros bon sens, un geste profitable pour tous, que l’on soit fédéraliste ou souverainiste! », a poursuivi Jean-Martin Aussant.

« L’Agence du revenu du Québec étant en place, nous avons tout ce qu’il faut pour intégrer la perception des impôts fédéraux au Québec. Il serait temps d’agir. Plutôt que de taxer davantage les contribuables, le gouvernement libéral pourrait économiser 800 millions de dollars. Pourquoi ne veut-il pas le faire? », a conclu Jean-Martin Aussant.